INSCRIVEZ-VOUS !

samedi 5 janvier 2013

NON AU MARIAGE POUR TOUS !



C’est au nom de l’égalité et de la lutte contre l’injustice et les discriminations que les tenants du mariage pour tous revendiquent ce droit aux couples homosexuels. Si la cause paraît belle et juste au premier abord, elle s’avère à l’examen totalement fausse et biaisée. Plusieurs raisons fondamentales me conduisent à exprimer mon opposition catégorique à ce projet présenté comme une avancée sociétale.

1ère raison : le principe d’égalité n’existe pas

Certes, nous sommes tous égaux en droit et en dignité. Un être humain est un être humain. Mais l’égalité ne signifie pas l’uniformité. Un homme n’est pas une femme et une femme n’est pas un homme. Chacun a été conçu d’une certaine manière pour un rôle précis. La femme est porteuse de l’enfant qu’elle va mettre au monde. Son corps a été façonné dans ce but. Le mariage a un objet : il consacre l’union d’un homme et d’une femme en vue de la perpétuation de l’espèce.

Les tenants du mariage homosexuel peuvent revendiquer l’égalité. Dans les faits, elle n’existe pas avec les couples hétérosexuels. Une femme aura toujours besoin à l’origine d’un géniteur masculin pour se trouver enceinte. Un père aura besoin d’une mère porteuse pour avoir un enfant. Les couples homosexuels sont donc dépendants des personnes de l’autre sexe pour réaliser leurs rêves. La prétention à l’égalité est un mensonge.

2ème raison : la famille a un mode d’emploi précis

La famille n’est pas une invention humaine. Elle est la cellule de base de l’humanité, présente dès la création. En touchant à sa définition, on touche à son code génétique même. Les transformations que produit le mariage pour tous ne se limitent pas aux couples homosexuels. Elles affectent toute la société :

-          Le mariage pour tous, c’est la fin de la généalogie pour tous. Avec l’adoption plénière par deux hommes ou deux femmes, des enfants seront considérés par la loi comme nés de deux parents de même sexe. Ils sont donc privés volontairement de mère ou de père, et d’accès à une partie de leurs origines. Rien n’est plus discriminatoire et inégalitaire que cela pour un être humain.

-          Le mariage pour tous va gommer dans le Code civil les termes de père et de mère. C’est la fin de l’altérité, la reconnaissance de l’autre dans sa différence. Le mariage pour tous remet en cause le fondement même de l’identité humaine inscrite dans nos gênes : ce qui est une absurdité totale.

-          Le mariage pour tous redéfinit la source de la filiation. La filiation n’est plus la transmission de la parenté. Elle devient sociale sans lien aucun avec la réalité humaine. Le cadre de la nouvelle filiation n’est plus basé sur la différence sexuelle, mais sur le genre, c’est-à-dire la préférence sexuelle.

Le mariage pour tous, c’est la conception du mariage homosexuel imposée à tous, ni plus ni moins.

3ème raison : l’amour ne suffit pas

Les tenants du mariage homosexuel prétendent que l’amour leur donne ce droit. Que vaut cet argument ? D’autres exemples suffisent pour l’invalider ! Un homme peut aimer une femme déjà mariée : il ne peut pas pour autant se marier avec elle. De même une femme ne peut pas se marier avec deux hommes sous motif qu’elle les aime tous les deux. Un père ne peut pas se marier avec sa fille, ni un frère avec sa sœur. L’argument du mariage pour tous à cause de l’amour est une ineptie. Tout, y compris l’amour, n’a de sens que dans un cadre précis et défini. Vouloir s’affranchir de ce cadre ouvre la voie à l’anarchie !

Bien d’autres raisons pourraient être évoquées. La question que j’aimerais aborder maintenant est plutôt la suivante : comment en sommes-nous arrivés là ?



TOUT EST RELATIF

La proposition du mariage pour tous n’est pas née par hasard. Elle est le fruit d’un changement profond de nos mentalités qui s’étale sur des décennies, voire plus. D’où vient-elle ? Comment en est-on venu à considérer comme légitime un projet si contraire au bon sens et à la nature ?

La proposition du « mariage pour tous » touche à l’idée que chacun se fait de ce qui est bien et mal. Or, depuis des années, nous le voyons : il n’y a plus de règles communes ou absolues pour définir ce qui est bien et mal. Nous nous sommes tellement habitués à l’idée que nous devons tout tolérer et ne rien imposer que, à nos yeux, tous les modèles se valent. Il n’y a désormais dans la société plus qu’un seul ennemi : celui qui n’est pas ouvert à tout, celui qui croit qu’il existe une Vérité et non des vérités !

La tolérance étant devenue la vertu majeure de la société, ce qui était considéré comme une valeur sacrée ou absolue tombe. Puisqu’il n’y a plus d’absolu, tout est devenu relatif. La vie humaine n’est plus sacrée. Dès sa conception, on peut y mettre fin pour n’importe quel motif. Il n’y a plus d’impératif, si ce n’est celui de la liberté de chacun d’user de son corps et de sa vie comme il l’entend. Dépouillé de son caractère sacré, la vie peut aussi être supprimée. Un futur projet de loi propose le suicide assisté comme solution aux personnes désireuses de mettre fin à leurs vies.

La Vérité n’existant plus, la porte est désormais ouverte à la revendication de tous les droits, tous les désirs. Certes, il reste quelques poches de résistance dues à l’héritage religieux du passé. Mais l’inversion de la tendance est désormais irrévocable. Le nombre de ceux qui croient qu’il n’y a plus de Vérité, mais que c’est à chacun de se la construire, dépasse ceux qui pensent l’inverse. Et puisque c’est la majorité qui décide, la loi doit et ne peut que suivre !

La conclusion de ce constat est facile à tirer : la société doit comprendre que si elle vit ce qu’elle vit, elle ne peut s’en prendre qu’à elle. Si aujourd’hui tout est renversé, c’est parce que nous-mêmes, en grand nombre, nous avons voulu ce renversement. Nous en souffrons tous ! Les familles éclatent, les enfants souffrent, la solitude grandit, les angoissés, les solitaires, les dépressifs sont légion, la violence se multiplie… Pas question pour autant de revenir en arrière, de remettre en question notre mode de fonctionnement…

Changez de mentalité !

Il y a longtemps, un homme est paru sur terre, porteur d’un message. Il disait : « Faites demi-tour ! Changez de mentalité ! » Il avertissait ses contemporains que, un jour, le Propriétaire du monde allait demander compte de ce que les hommes avaient fait de la création qu’il leur avait confié.

Cet homme était Jésus ! On n’a pas plus voulu de Lui en son temps qu’on ne veut de la Vérité dans le nôtre. Le temps dont il a parlé est proche. Tous les signes qu’il a évoqué, caractérisant la génération qui verrait ce jour du jugement de Dieu, le Propriétaire, sont là. Le projet de « mariage pour tous » en fait partie. Il est temps pour chacun de faire le choix : soit croire à sa vérité, soit croire à la Vérité qui a traversé tous les temps et toutes les époques, et qui nous est révélée dans la Bible ! Pour ma part, je sais en quoi je crois et je sais que ce que je crois ne me décevra pas ! Et vous ? 



  Visitez : www.gillesgeorgel.com/

2 commentaires:

Colville a dit…

Personnellement, je ne vais pas tant argumenter.
J'ai réalisé que les arguments des pours et des contres ne tenaient la route qu'aux yeux de ceux qui étaient en accord, selon leurs convictions profondes, avec ceux qui les utilisent. Vos arguments, par exemple, me semblent, en raison de mes croyances profondes, totalement hors de propos.
Il en irait de même pour vous si je cherchais à défendre quoi que ce soit.
Mais une chose avec laquelle je ne suis vraiment pas d'accord, c'est lorsque vous dites que le mariage pour tous tente d'imposer le mariage homosexuel à tous. C'est fondamentalement faux. D'une part, de nombreux homosexuels ne se marieront certainement pas, parce qu'ils n'accordent aucune valeur à ce contrat.
(Tout comme déjà de nombreux hétéros ne se marient pas, sans pour autant que ceux qui croient au mariage soient en danger.)
Ensuite, personne ne va obliger les hétéros à se marier entre personne du même sexe.
Vous-même si vos convictions vous mènent du côté du bon vieux mariage hétérosexuel religieux, personne jamais ne vous en empêchera ni ne viendra remettre en question le fait que vous soyez marié.
Le mariage pour tous, n'a qu'un but, que chacun puisse faire selon ses propres croyances et convictions. Et ça, c'est le plus important.

En poussant la question jusqu'au bout : ne pensez-vous pas qu'on a depuis toujours imposé quelque chose avec cette idée de la famille papa-maman et les enfants ? Sur quoi vous basez-vous pour affirmer que ce modèle soit si optimal ?
D'expérience, je l'ai vu de tellement nombreuses fois soit se casser la gueule, soit perdurer de manière malheureuse, voire malsaine ou violente... à des lieux de la doctrine d'amour qu'est censé être celle du Christ.
Moi je crois à l'amour. C'est ma seule vraie conviction. Celle que j'écoute. Et si je l'écoute vraiment, je sais ce que je dois penser de tout ça.

Gilles Georgel a dit…

Bonjour Colville,

Je maintiens ce que j'ai dit.je vous cite quelques exemples. A partir du moment où la loi passe, les documents officiels bifferont les noms de père et de mère. C'est pour les pères et les mères que nous sommes une contrainte que nous refusons. Nous sommes obligés d'entrer dans un moule que nous rejetons de tout notre être. D'ici peu, il est probable qu'il n'y aura plus de fêtes des pères et de fêtes des mères. Ce sera discriminatoire. En fait, nous devons nous aligner aux lobbys homos, une minorité qui impose sa volonté tendancieuse à une majorité.

Ton commentaire me laisse penser que tu ne croies pas en l'existence de Dieu. il est le Concepteur de l'humanité, de l'altérité homme femme, de sa complémentarité bienfaisante dans l'éducation d'un enfant. Bien sûr, son projet s'accompagne de règloes précises pour qu'il marche. le fait d'être marié ne suffit pas. Cependant, je maintiens que, vécu de la bonne manière, la famille telle que conçue ainsi est le meilleur cadre pour le bon développement de l'enfant. s'il faut comparer, c'est ce que produit les deux modèles vécus dans l'excellence. Tu verras ici qu'il n'y a pas photo (cela d'autant plus que les tenants du mariage pour tous n'ont aucun recul. l'avenir le démontrera largement !