INSCRIVEZ-VOUS !

samedi 29 janvier 2011

Signes des temps

Prophétie

S’il y a bien un sujet délicat à traiter parmi tous les aspects de la théologie chrétienne, c’est bien celui de la prophétie. Hérauts, porte-paroles de Dieu, les prophètes inspirés délivraient des messages qui, plein de sens, s’adressaient à la fois à leurs contemporains, mais, souvent, les dépassaient aussi. Le prophètes de Dieu n’étaient cependant pas des devins. Leur parole s’enracinait profondément dans la connaissance de Dieu, de la loi, des principes spirituels qui en découlaient. Ils avaient une vision du monde et de l’histoire qui n’étaient pas imaginaires, mais éclairée, conditionnée par la connaissance qu’ils avaient de Dieu, de Ses desseins, et de la relation de cause à effet inévitable qu’il y avait entre ce qu’ils voyaient se former dans le monde, se produire dans le peuple de Dieu et ce qu’ils avaient compris de la Personne de Dieu. Toujours, leur message était en interaction entre ces trois éléments : Dieu, Son peuple, le monde environnant.

Face à la prophétie, on peut faire preuve de plusieurs attitudes. La première, la plus frileuse, est de se dire que, Jésus-Christ venu et la Parole de Dieu nous ayant été révélée, la prophétie n’a plus de raison d’être. Il y a certes un changement majeur qui s’est produit par la venue de Jésus. Pierre le dit : les prophètes qui ont parlé de la grâce qui vous était destinée en ont fait l’objet de leurs recherches et de leurs investigations. Ils se sont appliqués à découvrir quelle époque et quelles circonstances désignait l’Esprit du Christ qui était en eux, Esprit qui, d’avance, attestait les souffrances du Christ et la gloire qui s’ensuivrait : 1 Pierre 1,10-11. Habités par l’Esprit du Christ qui leur parlait de Lui, de ce qu’Il allait être dans le monde, les prophètes qui le précédaient étaient concentrés, dans leur attente sur sa venue. Pour autant, leur vision du Christ ne s’arrêtait pas à celle-ci. Déjà, elle se portait sur la gloire finale qui la couronnerait. Aussi, dire que la prophétie s’est arrêtée avec la venue de Jésus ne me semble pas correspondre au cadre dans lequel elle s’exerce dans la Bible.

Même si la prophétie change d’aspect dans le cadre de l’Eglise, elle n’y est pas absente. Des prophètes inspirés se lèvent en son sein, tel Agabus annonçant une famine imminente et prédisant à Paul ce qui allait lui arriver : Actes 11,28 ;21,11. Les filles de Philippe étaient connues comme prophétesses : Actes 21,9. Dans les derniers jours, dit encore Dieu par le prophète Joël, je répandrai mon Esprit sur tous ; vos fils et vos filles parleront en prophètes, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards auront des rêves : Actes 2,17. De nombreux passages des évangiles et des épîtres sont faits de paroles prophétiques se rapportant à des événements qui touchent à la période finale de l'histoire. Le livre de l'Apocalypse dans son entier parle de ce qui existait au temps de l'apôtre Jean, son rédacteur, et de ce qui doit venir après jusqu'à l'établissement final du Royaume de Dieu. Si l’Ecriture nous appelle à juger de ce que nous entendons et à faire preuve de rigueur et de prudence face à la prophétie, elle ne l’interdit pas.

Ce préalable posé, il m’a semblé bon, pour une fois, de me faire l’écho d’une prophétie à laquelle j’ai eu connaissance. Donnée en 1968 par une femme de Dieu nonagénaire, elle a été délivrée en pleine période de Guerre froide, ce qui donne du poids à son authenticité. Je vous la transmets tel que celui qui l’a entendu l’a reçu à ce moment !

La vision

En 1968, une chrétienne âgée de plus de 90 ans reçut une vision venant de Dieu. Elle habitait la ville de Valdres en Norvège. Le Docteur Emmanuel Minos, conférencier chrétien bien connu en Norvège, avait organisé des réunions d'évangélisation dans cette ville. Il alla visiter cette vieille dame, qui lui raconta ce qu'elle avait vu. Il nota ensuite dans un carnet tout ce qu'il avait entendu. Mais il pensa à l'époque que tout cela paraissait trop incroyable. Aussi n'en parla-t-il à personne.

Plus de trente années plus tard, il fut convaincu qu'il lui fallait à présent publier cette vision. Cette dame de Valdres était une chrétienne reconnue et respectée par tous ceux qui la connaissaient, en raison de son intelligence spirituelle. Voici ce qui lui avait été montré :

"Juste avant le retour du Seigneur, j'ai vu qu'il allait se produire une autre guerre mondiale. Le monde me fut présenté comme un globe terrestre. Je vis la Scandinavie, l'Europe, et beaucoup d'autres nations. Puis j'ai vu certains événements qui devaient se produire avant cette terrible catastrophe. Il me fut montré quatre signes particuliers :

1. Avant ce conflit mondial et le retour du Seigneur, il y aura une période de grande paix entre les grandes nations de l'Est et de l'Ouest, comme on en a jamais connu de semblable. Beaucoup de pays lanceront des programmes de désarmement, au point qu'ils seront complètement pris à dépourvu par cette crise mondiale. Car celle-ci surviendra d'une manière totalement inattendue.

2. Les églises connaîtront une période de compromis et d'apathie spirituelle. Elles s'écarteront de la vraie foi. Avant le retour du Seigneur, les chrétiens refuseront d'écouter les véritables ministères prophétiques. On ignorera les messages bibliques de la loi et de la grâce, du péché et de l'Evangile, de la repentance et du salut. À la place, on enseignera un Evangile de la prospérité.

3. Il y aura en Norvège un effondrement sans précédent de la morale. Les gens vivront dans l'immoralité et l'adultère. Les gens s'engageront dans des relations sexuelles avant le mariage. Les couples mariés seront de plus en plus infidèles. On considérera ces choses comme normales, et on leur trouvera toutes sortes d'excuses.

Hommes et femmes s'engageront dans des relations impures. Les familles chrétiennes en seront affectées. Elles permettront même que de telles choses se passent. Avant le retour du Seigneur, le nombre de stations et de programmes de télévision s'accroîtra de manière extraordinaire. Il en résultera une explosion de la violence et une escalade du crime, à tel point que les gens ne se sentiront plus en sécurité dans les rues. Il en sera de même pour les stations de radio. Les gens écouteront et assisteront à toutes sortes de scènes de mort et de destruction. Toute la société sera influencée par cet étalage du mal et de la méchanceté. Elle trouvera même tout cela distrayant et excitant ! Cela se produira réellement, et vous le verrez de vos yeux. Ce que l'on considère encore comme bon disparaîtra, et l'on considérera ce qui est mauvais comme tout à fait normal.

4. Beaucoup de gens viendront immigrer en Europe, en provenance des pays sous-développés. Ils viendront aussi en Scandinavie et en Norvège. Il y aura un tel afflux d'immigrants que les Européens commenceront à les regarder d'une manière négative, et leur feront subir des mauvais traitements.

Ensuite, notre péché atteindra son comble. La troisième guerre mondiale éclatera, et le retour du Seigneur Jésus se produira. Ce dernier grand conflit ne durera pas longtemps. Mais la bataille finale ne pourra être comparée à aucune autre dans le passé ! L'air deviendra si pollué que les gens ne pourront plus respirer de manière normale. Cela s'étendra aux continents de l'Amérique, de l'Asie et de l'Australie, surtout dans les pays les plus riches. L'eau sera considérée comme impropre à la boisson. La terre ne produira plus ses moissons habituelles. Par conséquent, le nombre de survivants sera faible. Les gens essayeront de s'enfuir dans les pays les plus pauvres, mais ils seront à leur tour traités de la pire manière."

La vieille dame me dit en conclusion : "Je suis heureuse de n'avoir pas à vivre les choses qui m'ont été montrées. Mais quand les temps approcheront, vous devrez avoir le courage de publier cette vision que Dieu m'a donnée. Rien ne doit être en contradiction avec la Bible. Mais tous ceux qui ont reçu le pardon de leurs péchés et qui auront pris le Seigneur Jésus comme Sauveur et Maître seront protégés et délivrés !"

Ici se termine la vision. Je vous en laisse juge !
Lien : http://www.latrompette.net/post/A27.le_retour_de_jesus.htm

Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

samedi 22 janvier 2011

Vie et mort des athées !

Croire en Dieu : un rempart pour une raison saine

Alors que, pour beaucoup, le fait de croire à l’existence de Dieu relève de la foi, la Bible dit  qu’il n’en est rien. L’évidence de l’existence de Dieu, d’un Créateur, d’un Maître et d’un Souverain absolu s’impose d’elle-même à la raison. Si bien, dit David, qu’il faut être fou, c’est-à-dire avoir perdu le bon sens et la raison pour dire, affirmer que Dieu n’existe pas : Psaume 14,1.
                                                  
Envisager la foi en l’existence de Dieu comme le fondement et l’ultime rempart d’une raison saine n’est pas seulement une vue de l’esprit. La conviction de l’existence de Dieu dans la conscience comme Sa négation se traduisent inévitablement dans des actes et des comportements qui en sont le reflet ! A raison folle, comportements fous, odieux, insensés ! A raison saine, comportements intelligents, respectueux, sains !

Le corollaire immédiat de la négation de Dieu est la négation de l’homme, image de Dieu. David le souligne fortement dans ce psaume ! A l’affirmation : « Dieu n’existe pas » succèdent immédiatement dans les faits des actes affirmant que ni l’homme, ni la vie humaine n’ont de valeur en soi. Eliminer la conscience de Dieu dans l’homme ou dans le monde conduit inévitablement à l’élimination du sens du sacré et, notion qui lui est attenante de manière indissociable, à celle du péché. L’élimination de Dieu dans la conscience de l’homme suffit à elle seule pour expliquer toutes les horreurs individuelles et collectives dont l’histoire rapporte les terribles témoignages !

Témoins malgré eux

Bien que beaucoup d’efforts soient faits pour éradiquer Dieu, le Dieu de la Bible et de la création, de la conscience humaine, il est impossible d’y arriver totalement. Preuve en est par l’obligation à laquelle se sentent poussés les ennemis de ce Dieu de persécuter ceux qui en sont les témoins ! Massacres, tortures au pire, mise au ban de la société des bien-pensants au minima, partout dans le monde où Dieu n’est pas le bienvenu, Ses témoins sont victimes d’ostracisme et de discriminations multiples ! A leur manière cependant, les ennemis de Dieu témoignent de Lui. Ils attestent que, privés de Lui, la conscience humaine n’est capable que d’une seule chose : du pire !

Peut-être y a-t-il parmi mes lecteurs des personnes qui se disent : «Le jugement qui est apporté ici ne reflète pas la vérité ! Si l’athéisme favorise la tyrannie, la religion aussi ! Ce serait dédouaner bien légèrement les crimes commis au nom de Dieu dans l’histoire que d’en faire porter aux seuls athées la responsabilité. » A cela je réponds qu’il faut inclure les religieux qui ont agi de la sorte au rang des athées. Car qui conque lit l’Evangile sait que ceux-ci se sont comportés en traîtres de la foi qu’ils prétendaient servir. Depuis Jésus, tuer au nom de Dieu ne peut s’expliquer que par l’effet d’une perversion diabolique de la connaissance de Dieu dans l’esprit de ceux qui agissent de la sorte. Athées et « fous de Dieu » kamikazes sont frères car, tous deux disent à leur manière : Dieu, le Dieu de la Bible, n’existe pas !

La mort d’un athée célèbre

Le docteur Tronchin, qui soignait Voltaire, a raconté sa mort dans une lettre qu’il écrivit à un ami. Elle est une leçon singulièrement solennelle pour tous ceux qui ont pensé, comme Voltaire, que la vie et la mort peuvent se passer de la foi. Voici ce qu’il dit :

« Voltaire finit par tomber dans un état de désespoir et de démence le plus affreux. Je ne me le rappelle pas sans horreur. Dès qu’il vit que tout ce qu’il avait fait pour augmenter ses forces avait produit un effet contraire, la mort fut toujours devant ses yeux. Dès ce moment, la rage s’est emparée de son âme. Si mes principes (Tronchin était croyant) avaient eu besoin que j’en serrasse les nœuds, l’homme que j’ai vu dépérir, agoniser et mourir, en aurait fait un nœud gordien ; et, en comparant la mort de l’homme de bien, qui n’est qu’un beau jour, à celle de Voltaire, j’aurais bien vu la différence qu’il y a entre un beau jour et une tempête, entre la sérénité de l’âme du sage qui cesse de vivre, et le tourment affreux de celui pour qui la mort est « le roi des épouvantements ». Grâce au ciel, je n’avais pas besoin de ce spectacle.

On l’entendit supplier et blasphémer le Dieu qu’il avait haï pendant sa vie. Il s’écriait parfois : « O Christ ! O Jésus-Christ ! » Un jour on le vit tenir à la main un livre de prières, en essayant d’invoquer Dieu. Il était tombé de son lit dans les convulsions de l’agonie et restait étendu sur le parquet, impuissant, désespéré, s’écriant : « Ce Dieu que j’ai renié ne viendra-t-il pas me sauver aussi ? » S’adressant à moi, il s’écriera avec horreur : « Je suis abandonné de Dieu ! Docteur, je vous donne la moitié de ce que je possède si vous pouvez me prolonger la vie de six mois ! » Je lui répondis : « Monsieur, vous n’avez pas six semaines à vivre ! » « Dans ce cas, répondit Voltaire, j’irai en enfer, et vous avec moi ! »

Il mourut, et son agonie fut telle que son infirmière déclara que, pour tous les trésors de l’univers, elle ne consentirait pas à voir mourir un autre athée.

P.S : Rendez-vous tous à Paris le dimanche 23/01 pour la 7ème marche pour la Vie : http://enmarchepourlavie.fr/marche_pour_la_vie_2011_communique_1

Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

samedi 15 janvier 2011

7ème Marche pour la Vie

Militants actifs de la Vie ou défenseurs passifs de la Mort ?

Il n'est pas trop tard pour nous rejoindre à Paris le 23 janvier pour la 7ème Marche pour la vie, place de la République à 14 H 30. Plus qu’un discours pour vous convaincre, écoutez l’argumentaire de Giana Jenssen, une survivante de l’holocauste silencieux promu par Simone Veil, elle-même survivante de l’holocauste nazi ( !!!???).




Ecoutez aussi la plaidoirie étonnante de cette jeune fille de 12 ans donnée lors d'un concours de discours de sa classe à Toronto !




Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

samedi 8 janvier 2011

Les héros de la foi d'aujourd'hui !

Résistants contre l'inadmissible !



Depuis 1998, Mahmoud Yahou est pasteur d'une communauté chrétienne en Kabylie. Il affronte la justice de son pays, qui lui reproche de ne pas être musulman. En s'en prenant à lui, les autorités espèrent disperser son petit troupeau. Témoignage d'un converti.


«Vous serez jugés devant les tribunaux et les rois.» C'est écrit dans la Bible, et elle ne m'a pas trompé: j'étais prévenu! Depuis 1998, je suis pasteur au sein d'une petite communauté protestante, dans le village d'Aït Atelli, en Kabylie, à 30 kilomètres au sud de Tizi Ouzou. Parmi les 6000 habitants musulmans, nous sommes une petite centaine d'irréductibles chrétiens.

En tant que pasteur, je suis harcelé depuis des mois par les autorités algériennes. J'ai été traîné devant la justice pour ouverture de lieu de culte illicite. Les réquisitions du procureur ont été sévères: un an de prison ferme et 20.000 dinars d'amende. La sentence est tombée le 12 dé cembre: trois mois de prison avec sursis et 10.000 dinars d'amende. Ce procès n'est pas le mien, c'est celui de tout le monde, car il rappelle que, dans ce pays, nous ne sommes pas libres.
Mon seul tort est d'avoir fait l'acquisition d'une maison pour célébrer le culte. Le maire a mis en demeure la communauté chrétienne de renoncer à pratiquer: selon lui, nous sommes dans l'illégalité. Et pourtant, nous sommes affiliés à l'Eglise protestante d'Algérie, reconnue par l'Etat depuis 1975.

Je ne suis coupable que d'une chose, en réalité: j'ai renié l'islam pour me convertir au christianisme. Ici, on naît arabe et forcément musulman. Faire le choix d'une autre religion est perçu comme un acte contre-nature ou de haute trahison. C'est ma foi qui est en procès, mais rien ne me fera plier. Pourtant j'ai été un fervent musulman. Mais au fond, quelque chose me dérangeait: cette religion faisait de moi un être fermé et intolérant.

En 1993, à 26 ans, je suis parti en France. Installé à Marseille, j'ai fait la connaissance d'un groupe de jeunes protestants. Ils m'ont parlé de Jésus, de l'amour de Dieu et de la Bible. Je me suis montré très agressif à leur égard, mais ne cessais de les rencontrer. Nous avons fini par discuter de nos croyances respectives. J'étais intrigué par leur façon de prier, en agitant les bras et en chantant. Un jour, ils m'ont fait lire un passage de la Bible. Je l'ai fait par curiosité avant de m'enfuir. Je me suis senti traître à ma foi. J'ai fait la chahada * pour me débarrasser de ce sentiment de péché, mais rien n'y faisait: cette religion m'attirait, car elle m'apaisait. Après six mois de lecture et d'étude, je me suis décidé et je suis rentré en Algérie avec l'intention d'y rester. J'avais enfin trouvé la joie. Dès lors, il était inutile de chercher la fuite ou l'exil. Je me suis fait baptiser par immersion, le 4 novembre 1994, au temple protestant de Ouadhia, en Kabylie.

Une vie de tous les jours faite de vexations et de brimades

Etre chrétien dans ce pays, c'est un combat quotidien. Il faut se battre pour être accepté, pour trouver le juste équilibre dans notre pratique, sans déranger les musulmans dans la leur. Pendant le ramadan, par exemple, je fais attention de ne pas manger devant eux. L'essentiel, pour nous, est de respecter notre prochain. Le temple du village n'est pas marqué d'une croix. Ce n'est pas nécessaire, car je suis moi-même une croix! Et c'est parfois lourd à porter... Notre quotidien est fait de vexations et de brimades. Il y a les regards, la violence de certains propos, les rumeurs les plus folles sur les mœurs de notre communauté. Mais aussi la surveillance et les contrôles incessants des policiers. Je me suis récemment rendu à la préfecture afin de faire renouveler mon passeport. Le fonctionnaire m'a répondu qu'il m'était refusé, car, en tant que chrétien, j'étais un traître à la patrie et indigne d'être algérien. Que répondre face à tant d'ignorance et d'intolérance? Ils ne savent pas ce qu'ils font, car ils sont manipulés par les extrémistes religieux mais aussi par l'Etat. Je leur pardonne.
Attestation de la foi musulmane.


Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

samedi 1 janvier 2011

Bonne année 2011

Que Dieu soit avec vous pour cette nouvelle année !



Bonne nouvelle pour aujourd’hui !
Oublions ce qui est en arrière,
Ne nous inquiétons pas davantage de l’avenir,
Notre Sauveur vit encore !      
Espérons, continuons d’espérer en Lui !

Attendons Sa venue !
Ne doutons pas à ce sujet,
Notre dépôt est dans Ses sûres mains !
Elevons-les nôtres dans la prière,
Exaltons-le pour Son salut !

2 mille dix ans ont passé,
0n n’est plus aussi loin du but,
1 multitude de signes nous le disent !
1 félicité sans fin nous attend !


Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus