INSCRIVEZ-VOUS !

samedi 28 avril 2012

Votez pour lui : Il est déjà élu !

Election

Dimanche dernier, nous étions près de 44,5 millions d’électeurs appelés aux urnes pour départager les 10 candidat(e)s qui postulaient à la présidence de la République. Chacun, au cours des nombreux débats qui ont eu lieu a eu le temps de se forger sa propre opinion sur le candidat qui, à ses yeux, incarne le mieux les idées et les valeurs qui comptent pour lui, ou semble faire preuve de la meilleure compétence pour le poste.

Si un panel de candidats est légitime lorsqu’il s’agit de faire des choix politiques, une question se pose : l’est-il aussi lorsqu’il s’agit de trouver le maître spirituel à qui se fier pour trouver des réponses aux questions les plus profondes. C’est ce que semble penser aujourd’hui notre société pluraliste. La vérité, pense-t-on, dans ce domaine n’est pas unique. Elle n’appartient pas à quelqu’un en propre. Elle est plurielle, et plutôt que d’adhérer à la Vérité, il est plus séant de dire que chacun adhère à sa vérité, celle qui lui semble la plus juste et la plus conforme à la réalité.

Rien n’est plus faux ! Si nous sommes condamnés, dans le domaine de la vérité, à nous satisfaire de l’approximation, alors, autant le dire tout de suite : il est inutile de chercher. Car ce dont a chacun a besoin, ce n’est pas d’hypothèses plus ou moins justes, mais de certitudes fondées non seulement sur de belles déclarations, mais sur une démonstration de preuves. Les enjeux sont trop importants. Je peux me tromper de candidat sur le plan politique. Si celui que j’ai voté me déçoit, ce ne sera pas la fin du monde. Tout autre en est-il si je place ma confiance en quelqu’un qui, sur les questions qui touchent à Dieu, au salut de l’âme ou à l’éternité, s’avère trompeur ou décevant. Je n’aurai alors pas de seconde chance pour me rattraper. Qui, parmi tous les maîtres spirituels qui nous sont proposés, a fait ses preuves ? Qui a démontré qu’il est en mesure de tenir ses promesses et de donner ainsi une réelle assurance à qui se fie à lui pour son avenir éternel ? Telle est la question cruciale qui est au cœur de notre humanité !

L’Elu

Tout le monde, c’est certain, peut prétendre être quelque chose. C’est à l’examen des faits et des œuvres que se confirment ou s’infirment les prétentions. De tous les postulants à la médiation entre Dieu et l’humanité, il n’y a pas photo. Un seul a démontré qu’il réunissait en sa personne tous les éléments destinés à rassurer quiconque a besoin de certitudes sur le sujet : Jésus de Nazareth. Vous faut-il quelqu’un qui, tout en étant homme comme vous, ne soit pas sujet aux faiblesses qui entachent si facilement la vie des autres hommes ? Jésus seul est à la hauteur. Ils ont été des milliers à vivre autour de lui, à le suivre, l’observer, l’épier pour trouver la faille. Ils n’en ont pas trouvé. Ils n’ont rien pu faire d’autre que de le condamner sur la déclaration de faux témoins. Même le juge Pilate l’a dit : Cet homme est innocent et n’a rien fait de mal. Il faut le relâcher !

Vous faut-il quelqu’un dont les actes sont en parfait accord avec les paroles ? Jésus seul l’est, totalement, intégralement. Aucune de ses affirmations, y compris les plus audacieuses, n’a pu, à l’épreuve des faits, être prises en défaut. A peine dit-il qu’Il est la résurrection et la vie qu’il ressuscite un mort, enseveli depuis 4 jours. Jésus aurait pu, pour ne pas trop choquer ou paraître prétentieux, y aller mollo sur lui-même. Il n’a jamais éprouvé ni gêne, ni honte à dire qu’il est le chemin, la vérité, la vie, que nul ne peut venir à Dieu qu’en passant par lui. Il a affirmé être la lumière du monde, la porte qui mène au royaume de Dieu, le seul vrai bon berger, le Fils unique de Dieu… Placées dans d’autres bouches, de telles paroles auraient été une preuve d’orgueil impensable ! Chez Jésus seul, elles sonnent justes, tant elles sont soutenues par des preuves effectives.

Si Jésus est l’Elu qu’il nous faut, ce n’est pas parce qu’il est meilleur et supérieur aux autres. C’est parce qu’Il est l’Elu de Dieu lui-même. A plusieurs reprises au cours de la vie de Jésus, une voix s’est faite entendre du haut du ciel. Elle a dit : Celui-ci est mon Fils élu : écoutez-le. Pour trouver quel est le meilleur Guide pour nous amener à Dieu, c’est Dieu lui-même qui doit le dire. C’est lui qui doit désigner le candidat qui a toute sa faveur. Il l’a fait pour Jésus. Non seulement, il a validé toutes ses paroles par les actes qu’il a accompli, mais, dit l’Evangile, trois jours après sa mort il l’a ressuscité. Il a glorifié celui que les hommes avaient rejeté.

Depuis, un seul message convient. Ne cherchez plus ! Faites confiance à Jésus ! Lui seul a le pouvoir de vous délivrer de l’errance et de vous conduire avec sûreté jusque dans l’éternité. Je le crois et je le sais !

samedi 21 avril 2012

Incrédulité


Incrédulité

Moisissure du genre Pénicillium notatum
En 1897, un étudiant en médecine, Ernest Duchesne, fait une découverte d’une valeur inestimable. Il démontre que la moisissure bien connue du fromage appelé « Bleu d’Auvergne » est capable d’anéantir toute une faune microbienne. Il vient de découvrir la pénicilline, antibiotique qui sauvera beaucoup de malades de la mort. Mais personne n’a voulu prendre au sérieux cette découverte incroyable ! Il faudra attendre que Fleming redécouvre la pénicilline en 1928 et c’est seulement en 1943 qu’elle sera utilisée pour soigner des blessés en Algérie. Cinquante années : que de temps et de vies perdus pour ne pas avoir pris au sérieux la découverte d’Ernest Duchesne !

Depuis toujours, Dieu se révèle et parle à ses créatures. Que de temps perdu, de vies brisées pour les êtres humains qui n’ont pas voulu le croire ! C’est par la Bible que Dieu nous parle, nous prévient et nous avertit. En particulier, il y a un aspect du message de Dieu que bien des gens ne veulent pas prendre au sérieux : celui de l’existence de l’enfer, attestée plusieurs fois par Jésus. Savez-vous quelle différence il y a entre les gens qui vont en enfer et ceux qui vont au paradis ? Ceux qui vont en enfer sont des coupables qui ont refusé le pardon que Dieu offre par le moyen de Jésus-Christ et ceux qui vont au paradis sont les coupables qui ont reçu ce pardon. Ceux qui vont au paradis ne sont donc pas meilleurs que ceux qui vont en enfer. Ils ont simplement accepté d’être graciés par Dieu. Voilà une réflexion à prendre au sérieux !

Tiré du calendrier Trésors cachés 2011


Visitez : www.gillesgeorgel.com/

samedi 14 avril 2012

Bientôt la guerre !

Le syndrome du Titanic


« Vous allez entendre parler de guerres et de rumeurs de guerre : Matthieu 24,6. » La guerre et le bruit de futures guerres font partie, dans la bouche de Jésus, du climat des temps de la fin. Alors que nous sommes en pleine élection en France, il est frappant qu’aucun des dix candidats n’en évoque l’hypothèse. Pour le président sortant Nicolas Sarkosy, l’échec de la mise en œuvre du programme sur lequel il a été élu tient à une chose majeure : l’imprévu que fut la crise financière et économique survenue en 2008. L’écoutant, on peut s’étonner à juste titre de la myopie dont peuvent être frappés nos dirigeants. Se peut-il que personne n’ait rien vu venir ? La même myopie me semble être présente aujourd’hui ! On parle réforme du permis de conduire, on discute de la viande halal comme si ces thèmes étaient les sujets primordiaux à aborder. Notre situation et l’aveuglement (volontaire on non) de ceux qui postulent à la plus haute fonction me font penser au Titanic, dont on rappelle le naufrage ces derniers temps. Le plus gros danger est droit devant nous, mais l’équipage, capitaine et officiers, sont sur le pont du bateau, en train de discuter de l’amélioration des conditions de voyage des passagers pour les jours qui viennent. Discussion inutile : quelques heures plus tard, le bateau sombrait dans les eaux glacées de l’Atlantique !

Bientôt la guerre !

Il ne faut pas faire preuve d’un don extraordinaire de visionnaire pour la voir venir. L’année 2011 a connu des bouleversements politiques sans précédent. Des dictatures anciennes sont tombées. Le monde arabe est en complète ébullition. Tous les anciens traités liés avec Israël par les pays qui l’entourent, l’Egypte par exemple, sont remis en question. La Syrie est sens dessus dessous. La Turquie hausse le ton envers son voisin. Des rumeurs courent sur des accords possibles entre l’Azebaïdjan, pays frontalier de l’Iran, avec Israël : le pays lui servirait de base arrière pour des attaques éventuelles. Les Etats-Unis ont dépêché deux porte-avions vers l’Iran. L’Iran menace de bloquer le détroit d’Ormuz par lequel transite 40% du fet pétrolier mondial. La Chine et la Russie ont averti que si les Etats-Unis attaquaient l’Iran, ils entreraient en guerre contre eux. La Corée du Nord ne relâche pas sa pression sur ses voisins. Sinon, tout va très bien Madame la marquise !

L’année 2012 voit un nombre impressionnant d’élections se produire. La Chine va changer de dirigeant. Les Etats-Unis sont en pleine élection, ainsi que la France. Poutine a repris le pouvoir en Russie. Ahmadinedjad a réussi à se maintenir par la force en place. La Lybie est dominée par les islamistes, la Tunisie aussi. L’Italie, la Grèce se sont vus récemment imposer des dirigeants non élus. L’Espagne vit l’austérité et la rigueur comme jamais. Les acteurs des conflits futurs sont ou vont être mis en place. Sinon, tout va très bien Madame la marquise !

Guerre économique et numérique

Selon certains, le plus gros de la crise est derrière nous. Ce n’est de manière évidente pas l’avis de tous les économistes. La guerre continue à faire rage entre la City de Londres, la plus grosse Bourse mondiale, Wall Street et l’Europe. La spéculation va toujours bon train. Des milliards d’euros ont été injectés dans les banques pour reporter le problème et tenter de le conjurer. On anesthésie le corps pour qu’il ne sente pas la douleur. Mais le mal est toujours là. De manière évidente, les Etats-Unis, en pleine déroute économique, perdent le leadership du monde. On se détourne d’eux et leur parole n’a plus autorité. Les pays émergents redressent la tête et n’hésitent plus à opposer leur véto à l'oncle Sam. Absente lors des derniers grands conflits mondiaux, la guerre numérique, en parallèle de la guerre économique, fait rage. Israël bloque avec un virus le programme militaire iranien. Les Anonymous sabotent les sites officiels de la Chine. Partout, la menace d’un pétrole hors de prix menace le niveau de vie de chacun… Sinon, puisque vous me le demandez, tout va très bien, Madame la marquise.

Convulsions avant accouchement

Notre monde est en train de vivre ce que Jésus et l’apôtre Paul ont appelé « les douleurs de l’enfantement. » Les contractions qui annoncent la fin de ce système se font et se feront de plus en plus fortes. Il y aura, certes, quelques temps de répit entre elles, où tout semblera être revenu à la norme. Ce sont ces temps, comme aujourd’hui, où les hommes, secoués, se rendorment dans leurs rêves, se projetant dans le monde utopique de la paix et de la prospérité pour tous. Ils sont vite rappelés à l’ordre. Une nouvelle secousse fait se lever des peuples. La colère gronde, l’angoisse finit par prendre le dessus. Certains, dans un geste symbolique destiné à frapper les esprits, se donnent la mort, publiquement, tel Dimitris Christoulas en Grèce, se mettant une balle dans la tête sur la place Syntagma, la place de la Constitution. La lettre manuscrite qu’il a laissée en dit long sur le désarroi qui habitait cet ancien notable, pharmacien :

« Le gouvernement d’occupation (…) a anéanti tous mes moyens de subsistance, qui consistaient en une retraite digne, pour laquelle j’ai cotisé pendant trente-cinq ans (…). Mon âge ne me permet plus d’entreprendre une action individuelle plus radicale (même si je n’exclus pas que si un Grec prenait une kalachnikov je n’aurais pas été le deuxième à suivre), je ne trouve plus d’autre solution qu’une mort digne, ou sinon, faire les poubelles pour me nourrir. » Le même jour, quatre autres personnes établies en Grèce ont aussi décidé de mettre fin à leurs jours. A part cela, dormez bien ! Tout va très bien Madame la marquise !

Prépare-toi !

Le temps est venu où la promesse de la venue en gloire du Seigneur va s’accomplir. Le chaos, l’apostasie, le rejet des lois morales de Dieu est bientôt à son comble. Comme il en a été pour le Titanic, l’eau s’engouffre dangereusement dans le bateau. La point de rupture sera bientôt atteint. Il faudra alors se rendre à l’évidence : la catastrophe ne pourra plus être évitée. Des guerres terribles vont décimer le monde, rayer des villes de la carte, envoyer des millions d'humains dans la mort...

En ce temps, le Seigneur reviendra… d’abord pour chercher les Siens. Il interviendra miraculeusement pour sauvegarder Israël, son peuple, qui, sous la pression, finira par comprendre que c’est son Dieu qu’il a mis, il y a près de 2000 ans, sur la croix de Golgotha.

Le mot d’ordre final de l’Apocalypse, qui nous raconte notre temps, s’adresse à tous. « Et il me dit : Ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre. Car le temps est proche. Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore : Apocalypse 22,10-11. » Que chacun en profite maintenant pour vivre ce qu’il veut vivre. Qui aime la souillure, qu’il se souille ! Qui aime la sainteté, qu’il se consacre à Dieu ! Car la fin est proche ! Toi qui lis ces lignes, prépare-toi !


samedi 7 avril 2012

Que sera le XXIème siècle ?

Malraux ou pas ?


« Le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas ! » C’est à l’écrivain et homme politique français André Malraux que l’on attribue cette phrase. Il y a cependant controverse à ce sujet. André Malraux lui-même affirme, dans une interview donnée en 1975, qu’on lui a fait dire cela. « Je n’ai jamais dit cela moi-même, dit-il, car je n’en sais rien. Ce que je dis est plus incertain. Je n’exclus pas la possibilité d’un événement spirituel à l’échelle planétaire. » Qu’elle soit de Malraux ou non, l’affirmation au sujet de notre siècle, dite au siècle précédent, mérite réflexion. Que sera le XXIème siècle ? Quelle place la religion, ou la spiritualité, auront elles ? Peut-on envisager que l’avenir du monde repose sur la place que l’on fera à la religion ? Les questions doivent être posées !

Gestation

Il en est souvent des idées comme de la vie. Longtemps, avant qu’elles voient le jour sous la forme d’un système, elles existent là, en gestation, dans un ou plusieurs esprits. Puis, tout à coup, elles accouchent. Elles naissent sous la forme d’un livre ou d’un discours tenu par une sorte de nouveau prophète ou visionnaire. Quelle que soit la nature de l’idéologie qui est à la base d’un système, sa naissance n’est que la reproduction des voies par lesquelles la Révélation de Dieu a vu le jour : une pensée qui s’incarne dans une parole, qui donne naissance à un corps (un système)

Comme il en est pour chaque siècle, c’est avant lui que nous devons chercher les racines de ce qu’il sera. Le XXème siècle n’est pas né avec lui, mais avant lui, dans la tête fourmillante d’idées nouvelles (le sont-elles vraiment) des penseurs qui l’on précédé. Chacun le sait : avant Lénine, qui a érigé le communisme en système politique, il y a eu, entre autres, Karl Marx. L’un est le « père » qui est à l’origine des choses, l’autre fut le « fils » qui les incarna. Karl Marx lui-même ne s’est pas fait seul. Les influences qui ont marqué sa pensée remontent bien avant lui, dans le siècle des lumières ou dans les théories évolutionnistes darwiniennes. Chacun fait partie d’un tout qui le dépasse. Mais d’où viennent les lignes fortes qui courent à travers les âges ? Qui peut le dire. Si nous n’avions la Bible, qui nous parle de ce qui se passe dans le monde invisible et les coulisses de l’humanité, nous serions bien incapables de le dire.

Echec de l’humanisme athée

Si le XXème siècle a été le triomphe du modernisme et du matérialisme athée, il en a été aussi la plus sûre preuve de son impuissance à assurer l’avenir heureux et paisible de l’humanité. Le rêve humaniste, suite à deux guerres mondiales, de multiples génocides, le stalinisme et autre horreurs, s’est effondré et transformé en cauchemar. La ruine est telle que l’utopie a laissé place au vide. Il n’y a plus à l’aube du XXIème siècle aucune idéologie nouvelle qui puisse enchanter le monde. A côté de ces idéologies éphémères, toutes destinées à passer comme l’homme qui en est la source, une autre ligne, née depuis l’origine du temps, continue de manière imperturbable à poursuivre sa route jusqu’à l’accomplissement final du dessein de celui qui en est l’origine : Dieu !

Ligne de force divine

Celle ligne trouve sa naissance dans un lieu, une situation et une promesse. Ce lieu est le paradis originel, là où les premiers hommes sont nés ! Cette situation est l’entrée du péché dans le monde, la proposition de rébellion et d’autonomie à l’égard de Dieu à laquelle l’homme a adhéré. Cette promesse, celle d’un rétablissement final des choses pour l’humanité, telle que Dieu les a voulues, par la venue d’un homme , « né d’une femme, appelé à écraser la tête du serpent », celui qui est à l’origine de la proposition qui est la cause de tous les désordres, toutes les divisions, tous les renversements. Contrairement à celle de toutes les idéologies, la force de la Bible sera toujours de remonter plus loin, à l’origine même des choses, pour diagnostiquer à la fois la source des problèmes des hommes et proposer la voie de la guérison. Qui n’a pas le bon diagnostic ne peut donner le bon remède. D’où l’échec de toutes les idéologies qui n’identifient pas justement ce qu’est le mal qui afflige les hommes et quelle en est la source.

La place d’Israël dans le monde

La ligne de force divine, qui parcourt les âges, lie, dès le début, son développement à la naissance et l’histoire d’un peuple : Israël. Israël est le peuple qui doit donner naissance à l’homme qui va rétablir la situation dérangée depuis la création. Israël est le peuple par lequel va être béni tous les autres sur la terre. On est loin ici du marxisme ou du libéralisme comme réponse aux problèmes de l’humanité. Depuis la promesse faite à Abraham, le père de la nation juive, de nombreuses étapes ont été franchies. La promesse s’est précisée. On a su que le « Sauveur » promis, serait de la descendance du roi David, qu’il naîtrait dans la bourgade de Bethléem, qu’il serait rejeté par les hommes de sa génération et ses frères juifs. Il nous est dit qu’en son temps l’œuvre majeure de réconciliation entre Dieu et l’humanité serait accomplie. Le juste mourrait pour les injustes, puis se relèverait pour commencer à construire une nouvelle humanité, régénérée et habitée par Son Esprit. C'est cette oeuvre que les chrétiens fêtent à Pâques !

Fin des temps

Puis viendrait la fin des temps, époque marquée par la résurrection de la nation juive, disparue après son rejet de l’homme qui lui a été envoyée par son Dieu pour accomplir les promesses faites aux pères. Cette époque est la nôtre. Alors que les idéologies humaines s’écroulent l’une après l’autre, laissant ceux qui y ont cru dans la désolation, le temps de la maturation du projet de Dieu arrive à son terme. Il faudra d’abord que l’humanité cesse une fois pour toutes de croire qu’elle peut bâtir un monde uni et heureux en-dehors de ce projet là. Elle pensera y arriver une dernière fois par un surhomme qui, comme les autres, la décevra et la conduira dans le chaos et le malheur les plus grands depuis que le monde est monde.

Que sera le XXIème siècle ? Religieux ou non ? Je n’ai pas répondu aux questions posées, car ce ne sont pas elles qui sont centrales ! J’adhère cependant sans réserve à la possibilité envisagée par Malraux : le XXIème siècle verra la manifestation d’un événement majeur à l’échelle de l’humanité. Après tous les échecs des systèmes humains, qu’ils soient d’ordre religieux ou non, le Royaume de Dieu va s’établir avec, à sa tête, l’homme par qui se fait la réconciliation du monde avec son Créateur : Jésus-Christ.