INSCRIVEZ-VOUS !

samedi 14 février 2009

Faut-il interdire la fessée ?

Faut-il interdire la fessée ?


Alors qu’en cette période de crise, on pourrait penser que la France a " d’autres chats à fouetter ", ne voilà-t-il pas que la question resurgit au centre de l’actualité. S’il en est ainsi, ce n’est cependant pas par hasard. Deux instances bien précises semblent pousser la France qui, en la matière, fait figure de retardataires dans les pays européens :

- la 1ère est la Défenseure des enfants, une instance créée, par décret du Président de la République en 2006, à la tête de laquelle se trouve Dominique Versini, favorable à l’interdiction de tout châtiment corporel dans l’éducation des enfants. Nul doute que la création d’une telle instance part d’une bonne intention. Mais à se spécialiser et à se concentrer exclusivement sur la défense de l’enfant, ne court-on pas le risque d’un déséquilibre tel que le parent finisse par passer pour un danger ? La chose mérite réflexion !

- la seconde est le Conseil de l’Europe. Sous l’impulsion de Maud de Boer-Buqquicchio, sa secrétaire générale adjointe, une campagne de sensibilisation auprès de tous les états a été lancée en juin 2008 à Zagreb, afin que l’Europe devienne un continent où le châtiment corporel n’existe plus. " Les mains devraient protéger, pas frapper… Levez la main contre la fessée ! " est le slogan phare de cette campagne qui s’alimente d’un site Web, de plaquettes d’information et d’un joli petit dessin animé destiné à être diffusé dans plusieurs pays.


Mais voilà ! Pas question pour la France d’Astérix de plier sur ce point à l’impérialisme européen ! Un récent sondage soutient, en effet, que 90% des français sont hostiles à l’interdiction totale de la fessée. Si dans le pays d’Obélix, on ne peut plus se donner des baffes, où va-t-on ?


Plus sérieusement, la question se pose : est-ce bien à l’Etat (ou à l’Europe) de statuer dans ce domaine ? Si l’on comprend que la législation d’un état se doit de défendre les plus faibles et, par conséquent, se doter d’un arsenal juridique pour sanctionner les abus, la chose ici ne va-t-elle pas trop loin ? Après cela, que va-t-on encore contrôler dans nos maisons ?

Fessée ou discipline ?


Disons-le tout de suite : telle qu’elle est posée la question est sortie de son contexte. Car, évidemment, sauf pour des parents pervers ou violents, la question de la fessée ne peut être évoquée seule. Elle est inévitablement liée à la question de l’exercice de la discipline comme valeur fondamentale à la formation de la personnalité de l’enfant. Interdire la fessée sans situer le contexte dans lequel elle s’applique, ce serait comme interdire le fromage à quelqu’un qui a trop de cholestérol, sans se poser la question de ce qui, par ailleurs, compose son repas !


La 1ère question qu’il revient de poser aux adversaires des châtiments corporels est donc la suivante : êtes-vous, oui ou non, favorables à l’exercice de la discipline ? Si oui, il faut alors comprendre que, pour tout parent normal, équilibré, la fessée, lorsqu’elle vient à être pratiquée n’est, de loin, pas la mesure première, mais la solution de dernier recours, celle employée après que les ressources de la patience, de la persuasion et de l’avertissement ont été épuisées.

Pratique et bienfaits de la fessée


Vous l’aurez compris : je suis contre l’interdiction absolue de la fessée (ou du châtiment corporel). Pour autant, dire cela ne signifie pas que j’en suis un adepte assidu. Mes 5 enfants peuvent en témoigner : j’ai rarement usé de ce recours avec eux. Pour autant, je ne suis pas sûr d’avoir bien fait dans un sens (trop peu de fessée) comme dans un autre (fessée donnée dans de mauvaises dispositions ou à mauvais escient). Bien malin est le parent qui, toujours, est certain de bien agir et au bon moment.


De l’observation, de la lecture de la Bible et de l’expérience, je retire cependant quelques leçons sur le sujet :


1. Pour les parents qui aiment leurs enfants, les corriger est aussi douloureux pour celui qui est corrigé que pour celui qui donne la correction. Dans les modèles de parents que j’ai connu, qui aiment leurs enfants, je n’en ai vu aucun se réjouir de devoir les châtier. C’est parfois dans les larmes qu’il le faisait.


2. Pour l’enfant aimé, la fessée n’est absolument pas reçue comme une punition injuste. Elle est parfois même un soulagement, car elle lui a permis de s’arrêter sur la voie de l’entêtement, une voie qui ne mène jamais nulle part. Par la fessé, l’enfant apprend une leçon primordiale dont il aura besoin toute sa vie : c’est que la désobéissance, la rébellion, l’insoumission, l’effronterie engendre la douleur. Comment pourrait-il l’apprendre autrement !


3. La fessée qui a du sens est celle qui s’accompagne de l’instruction. L’enfant doit savoir pourquoi il est corrigé. Elle doit avoir une cause qui doit être vérifiée avant d’être infligée, non après… Corriger sans instruire ne peut que provoquer encore davantage la révolte dans le cœur de l’enfant, car il y trouve des raisons nouvelles de s’enfoncer dans l’amertume.


4. La fessée doit être mesurée. Alors que j’étais enfant, mon père usait avec nous du martinet qui laissait pendant des heures les traces brûlantes de ses marques sur nos cuisses et nos mollets. Heureusement, ces temps sont révolus. Ce n’est pas le nombre de coups qui corrigent l’enfant : c’est le principe cité plus haut selon lequel désobéissance engendre douleur. Rappelons ici aussi que l’intensité des cris poussés par un enfant corrigé ne correspond pas toujours à l’intensité de la douleur ressentie. L’expérience montre qu’avant même d’avoir reçu quoi que ce soit, l’enfant peut hurler comme s’il avait été déjà sévèrement battu…


5. La fessée infligée, la relation affective avec l’enfant doit être renouée. Le parent devra s’interdire de rappeler à l’enfant sa faute. Il devra également lui montrer plus tard combien il l’aime par d’autres moyens (car la fessée n’est pas une preuve de haine, mais bien d’amour).


6. Lorsque la fessée n’était pas méritée, il revient au parent de s’excuser. Il m’est arrivé plusieurs fois d’être dominé par la colère en châtiant l’un de mes enfants. Dieu m’a rendu sensible dans ma conscience à la nécessité de lui demander alors pardon. Si l’enfant fait des fautes, il découvre que nous ne sommes pas au-dessus du lot, mais que nous savons le reconnaître, ce qui est aussi instructif pour lui.


En conclusion, je dirais donc qu’au lieu de promouvoir l’interdiction de la fessée, nos dirigeants feraient mieux d’utiliser les fonds qu’ils ont à disposition pour rappeler, par divers moyens, quels sont les principes sur lesquels se fonde une bonne éducation. Car polariser le débat sur ce sujet, sans le placer dans ce contexte plus général, c’est traiter en aval un problème qui a sa cause bien en amont !

Articles paru cette semaine sur Agora Vox : http://www.agoravox.fr/


Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

5 commentaires:

marie a dit…

Que dire de plus ! Il semble que tu aies fait pleinement le tour de la question. Après avoir sabordé l'autorité des enseignants, c'est l'autorité des parents qui est attaquée. Grâce à Dieu nous avons Sa Parole qui nous guide ...aussi pour l'éducation de nos enfants.

Nathie a dit…

Très intéressant. Jpense aussi que la fessée n'est ni très bonne ni très mauvaise. Je ne regrette pas d'en avoir eu étant petite (je ne suis pas encore maman) mais je regrette les situations dérisoires qui l'ont amenée, m'enfin. Ton blog me plait beaucoup, je te rajoute tout de suite à mes coups de coeur.
Que Dieu te bénisse abondamment et qu'il permette à tes visiteurs de rentrer dans ses projets à leur égard... "pour qu'il croient"!

alain bonfils a dit…

soit beni pour tout ce que tu fais pour Christ. j'en suis tres flatté. je vous invite à regarde mon blog,
http://videoschretiennes.blogspot.com/
je ne suis qu'un noviste dans le webmatering; Je voudrais bien faire des choses pour christ à travers le web et montrer surtout comment nous ici au cameroun nous menons notre combat pour que Christ vie dans nos coeur mais ma formation est limité.j'aimerai si possible faire une formation en ligne mais jai pas de moyen, je suis technicien en Maintenance informatique .votre aide me sera utile.
JE BENIS CHRIST POUR CE QU'IL FAIT POUR MAVIE
BONNE JOURNEE
QUE SON NOM SOIT GLORIFIE, AMEN

Guy a dit…

L'homme "déconnecté" de la "vision de vie" de Dieu veut redéfinir les choses ..... mais à force de se croire "sage", il ne démontre que sa folie. Ce n'est pas parce qu'une "chose" a apparence de violence qu'elle l'est en soi ou qu'elle est gratuite et sans raison. Parfois "l'expérience" de la douleur donne une sagesse qui ne s'obtient pas nécessairement autrement ..... Je me souviens d'un enfant qui s'obstinait à vouloir "jouer" avec un poêle à bois ... malgré l'interdiction formelle de ses parents ..... il apprit par ses brûlures ( et conséquences co-latérales ) le bien fondé du commandement. Un autre dans la même situation, apprit la même sagesse, mais sans cicatrices, par la correction de la "fessée" .... il comprit que le "mal" engendre douleur .... sans en porter la "marque" et les conséquences pour le reste de sa vie. De toute façon, tu as très bien fait le tour de la question .... et cette "fessée" correctement appliquée, et dans un esprit d'amour parental qui ne cherche que le véritable bien de l'enfant, va chasser la "folie" attachée à son coeur et peut même délivrer son âme de la mort. Keep on the good work ....

Alexis Andrianis a dit…

Éducation par l’amour, non par la violence

Expliquez-moi... On est capable de dresser des chiens sans les frapper, et on n’est pas capable d’éduquer des enfants par la douceur et l’amour? Nos enfants ne valent-ils pas plus que des chiens?

Les parents qui pensent éduquer leurs enfants à coups de “claques” (même sur les fesses) sont malheureusement des parents indignes. Et de pauvres enfants innocents et sans défense subissent les brutalités de ces parents sans conscience ou archaïques dans l’éducation de leurs enfants.

Donner la fessée à un enfant est incompatible avec l’amour, car le véritable amour implique de la tendresse, de la douceur, de la patience et de la discipline. On peut éduquer son enfant avec une ferme discipline sans JAMAIS user de violence telle la fessée.

Instinctivement, l’enfant qui est frappé réagit par le seul moyen de défense qu’il a: les pleurs et les cris. Alors qu’une maîtrise de soi apporterait de la tendresse, quelques instants de silence ou de douces paroles qui pourraient rapidement calmer la tension et corriger le problème.

Associer amour et châtiments corporels est absurde. Celui ou celle qui frappe son enfant en s’imaginant l’éduquer correctement, lui transmet une leçon de violence. Inconsciemment, l’enfant apprend que la domination se fait par la violence... Et dès son plus jeune âge, il sait que pour dominer, il faut frapper.

Je me suis occupé de deux enfants une dizaine d’années sans JAMAIS user de violence par la fessée. Aujourd’hui, ces enfants sont devenus des jeunes calmes, doux et sains d’esprit. Ils ne connaissent pas la violence et la violence les traumatise.

Amour par la tendresse, discipline par la douceur et la fermeté. JAMAIS DE VIOLENCE, JAMAIS DE CRIS ou CHÂTIMENTS CORPORELS: voilà la recette d’une excellente éducation.