INSCRIVEZ-VOUS !

samedi 27 août 2011

Buffet à volonté

Une parole validée

Lorsqu’il ouvrit le coffre-fort de son établissement, le responsable d’un banque indienne n’en revint pas. Les 156 ooo euros qui y étaient avaient disparu. Difficile pourtant de poursuivre les coupables : une armée de termites qui s’étaient introduites dans le bâtiment vétuste. A une syllabe près (termites au lieu de mites), la parole de Jésus s’est accomplie : Ne vous amassez pas des richesses sur la terre où elles ont à la merci de la rouille, des mites qui rongent ou des cambrioleurs qui percent les murs et dérobent : Matthieu 6,19.

Peu d’entre nous auront à vivre une telle mésaventure. Il se peut cependant que dans notre monde, secoué par graves crises économiques, notre richesse d’hier ne vaille plus rien demain. Les perspectives d’avenir sont sombres. Plus que jamais, le conseil de Jésus paraît d’actualité.

Nombreux sont ceux qui estiment une ruine globale improbable. En France, « l’Etat providence » pourvoit à tout ! Et pourtant ! Plus que jamais, il me semble urgent de ne pas placer son capital vie et sa raison d’être au crochet de l’argent. L’argent est utile, mais il représente une sécurité trompeuse, illusoire. Jésus ajoute à la parole citée ci-dessus que le plus important n’est pas dans les trésors que l’on possède sur cette terre, mais dans ceux que l’on amasse au ciel. Bien pauvre est celui qui se présente à la porte de l’éternité avec ses seuls biens matériels. Riche, par contre, est celui qui, dans le cœur possède l’assurance du pardon de Dieu et l’espérance de la vie éternelle. Quel est votre trésor le plus précieux ?


samedi 20 août 2011

Dernières volontés

Dernières volontés d'Alexandre le Grand

Sur le point de mourir, Alexandre convoqua ses généraux, et leur communiqua ses dernières volontés, ses trois ultimes exigences:

1 - Que son cercueil soit transporté à bras d'homme par les meilleurs médecins de l'époque.

2 - Que les trésors qu'il avait acquis (argent, or, pierres précieuses...) soient dispersés tout le long du chemin jusqu'à sa tombe.

3 - Que ses mains restent à l'air libre, se balançant en dehors du cercueil à la vue de tous.

L'un de ses généraux, étonné de ces requêtes insolites, demanda à Alexandre quelles en étaient les raisons.

Alexandre lui expliqua alors ce qui suit :

1 - Je veux que les médecins les plus éminents transportent eux-mêmes mon cercueil pour démontrer ainsi que, face à la mort, ils n'ont pas le pouvoir de guérir.

2 - Je veux que le sol soit recouvert de mes trésors pour que tous puissent voir que les biens matériels ici acquis, restent ici-bas...

3 - Je veux que mes mains se balancent au vent pour que les gens puissent voir que, les mains vides nous arrivons dans ce monde, et les mains vides, nous en repartons quand s'épuise pour nous le trésor le plus précieux de tous: LE TEMPS.

Textes bibliques

Les dernières volontés d'Alexandre le Grand sont en phase avec la sagesse biblique au sujet de la condition humaine : Exemples :

1. Se voyant dépouillé de tout de façon brutale, Job réagit à l'épreuve qui l'atteind par les paroles suivantes : Nu je suis sorti du ventre de ma mère et nu j'y retournerai. Le Seigneur a donné, le Seigneur a ôté ; que le nom du Seigneur soit béni ! Job 1,21.

2. Parole de Jésus à ses disciples : Gardez–vous avec soin de toute avarice ; car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, fût–il dans l’abondance : Luc 12,15.

3. Vous  ne savez pas ce que votre vie sera demain ! Vous êtes une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite disparaît : parole de l'apôtre Jacques : Jacques 4,14

4. Prière de Moïse : Enseigne–nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse : Psaume 90,12.

Oui, que servirait–il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? 




Visitez : http://livresdegilles.wifeo.com/

samedi 13 août 2011

Pâle imitation

Il a marché deux secondes sur l'eau !

Le surfeur polonais Maciek Kozierski avait un rêve : celui de marcher sur la mer. Equipé d’un kitesurf, il se rendit en Israël, sur la mer de Galilée, là même où Jésus avait réalisé cet exploit. Au bout de quatre jours d’efforts et de souffrances et plus de cinquante essais, il y parvint. Lancé à vive allure, il lâcha l’aile de son engin, puis sauta de la planche pour finir par courir quelques secondes sur l’eau.

Quelle différence avec le récit biblique ! Jésus n’eut besoin d’aucun moyen de propulsion pour se tenir sur les flots. Jésus ne courut pas, mais il marcha. De plus alors que Maciek avait besoin d’une eau calme, le récit biblique précise qu’un vent fort soufflait le jour où Jésus accomplit ce prodige.

La pâle imitation de Jésus par le surfeur polonais est un témoignage éloquent du gouffre qui sépare les plus grands exploits des hommes de ceux accomplis par le Fils de Dieu. La médecine, la science, les connaissances ont beau évolué à grands pas : ce que Jésus a fait reste au-dessus de tout et de tous. Quelles que soient les tentatives d’imitation de Jésus que l’on peut trouver dans le monde, il est un domaine dans lequel nul ne pourra jamais l’égaler : sa sainteté. Jésus était sans défaut, sans faute, sans péché. N’est pas Fils de Dieu qui veut !


Visitez : http://livresdegilles.wifeo.com/

samedi 6 août 2011

Un rêve salvateur

Visitez : http://livresdegilles.wifeo.com/
Le rêve de Djamila

Dieu n’est pas limité pour se faire connaître. Il aime aussi utiliser les moyens les plus faibles. C’est ainsi qu’il a choisi la petite Djamila dont la maman venait de mourir. Une nuit, alors que Djamila dormait, elle fit un rêve étrange. Sa mère lui apparut et lui dit de se rendre avec toute sa famille à un lieu précis. « Vous y trouverez un passeport pour le ciel ! » affirma-t-elle.

Inutile de dire que Djamila fut très troublée à son réveil. Trop d’émotions se bousculaient dans son coeur et elle courut vers son père pour tout lui raconter. Un rêve comprenant tant de détails et une adresse si précise n’arrivant pas si souvent, toute la famille décida de s’y rendre. C’est ainsi qu’un beau matin, un pasteur demeurant en Asie centrale eut la surprise de trouver devant sa porte 11 personnes qui lui demandèrent le fameux « passeport pour le ciel ».

« C’est en entendant le récit du rêve de la petite que j’ai compris que Dieu se trouvait derrière toute cette histoire » se souvient le pasteur, dont nous tairons le nom pour des raisons de sécurité. Cet homme d’église révéla alors aux membres de la famille de Djamila une chose qu’ils ignoraient : « Votre mère était chrétienne. Elle ne vous l’a jamais dit car elle pensait que c’était trop risqué. Mais apparemment, Dieu s’est chargé lui-même de vous conduire ici pour entendre parler de Jésus. »

Le père et le reste de la famille, très touchés, ont voulu en apprendre davantage sur Jésus et se sont convertis. « Nous étions vraiment émerveillés de voir comment Dieu s’est servi d’un rêve pour que toute une famille découvre Jésus » conclut le pasteur.

Source: Portes Ouvertes