INSCRIVEZ-VOUS !

vendredi 22 juin 2007

L'épouvantail du créationnisme

Une nouvelle stupéfiante !

PARIS (Reuters) - L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe votera la semaine prochaine un rapport visant à défendre la théorie de l'évolution et à maintenir les thèses créationnistes en dehors des programmes scolaires européens.

L'examen d'un tel texte par la principale institution chargée de promouvoir les droits de l'homme en Europe souligne que les attaques émanant de groupes religieux contre l'évolutionnisme - phénomène que beaucoup pensaient cantonné aux Etats-Unis - préoccupent les hommes politiques européens.

Le rapport en question note que la campagne contre l'évolutionnisme trouve ses racines dans différentes formes d'extrémismes religieux et constitue une menace dangereuse pour les connaissances scientifiques.

"Aujourd'hui, des créationnistes de toutes confessions cherchent à imposer leurs idées en Europe. On a ainsi pu assister, depuis quelques années, à plusieurs manifestations émanant de ces différents mouvements sur le continent eurasiatique", peut-on lire dans le rapport. "Les établissements scolaires semblent par ailleurs en être la cible privilégiée."

"Le créationnisme, si l'on n'y prend garde, peut être une menace pour les droits de l'homme." Le Conseil de l'Europe, basé à Strasbourg, travaille sur les questions de droits de l'homme dans chacun de ses 47 Etats membres.

"ATLAS DE LA CREATION"

Le créationnisme prêche que Dieu a créé le monde et tous les êtres qui le peuplent, comme le décrit la Bible. Les sondages réalisés aux Etats-Unis montrent que la moitié des Américains adhèrent à ces idées, qui demeurent très marginales en Europe.

Le rapport, qui sera soumis mardi à l'Assemblée, souligne que les Etats membres du Conseil de l'Europe doivent s'opposer fermement aux enseignements du créationnisme en tant que discipline scientifique qui aurait la même légitimité que la théorie de l'évolution par la sélection naturelle.

"L'ensemble des phénomènes concernant l'enseignement des évolutions en tant que théorie scientifique fondamentale est donc essentiel pour l'avenir de nos sociétés et de nos démocraties", précise le rapport. "A ce titre, il doit figurer de façon centrale dans les programmes généraux d'enseignement, et notamment au coeur des programmes scientifiques."

Les décisions de l'Assemblée ne sont pas contraignantes pour les Etats membres. Mais le débat et le vote constitueront un baromètre intéressant de l'ancrage de l'évolutionnisme en Europe. Le rapport, rédigé par le socialiste français Guy Lengagne, souligne que les idées créationnistes peuvent faire l'objet de discussions dans le cadre d'études non scientifiques. "Tous les grands représentants des principales religions monothéistes ont une attitude beaucoup plus modérée", souligne le rapport.

Parmi les exemples de campagnes créationnistes récentes en Europe, il évoque le cas de l'écrivain turc Harun Yahya, qui a publié un "Atlas de la Création" de 750 pages qui a été gratuitement distribué dans des écoles en France, en Suisse, en Belgique et en Espagne. Le rapport interroge à ce sujet le biologiste français Hervé Le Guyader, qui juge ce livre "beaucoup plus dangereux que les initiatives créationnistes précédentes, souvent d'origine anglo-saxone".

Cette enquête met en outre à l'index divers mouvements créationnistes à l'oeuvre en France, en Suisse et en Grande-Bretagne, et affirme que des responsables ont commencé à remettre en cause la théorie de l'évolution en Pologne, en Italie, en Serbie et aux Pays-Bas.

L’Inquisition moderne

Pauvre Bible, avais-je écrit dans le billet précédent. Je ne pensais pas si bien dire ! Après les attaques religieuses du XVIème siècle, puis celles des rationalistes du XXVIIIème, voici celles en règle de la communauté scientifique du XXIème. Pas de toute la communauté, comme on voudrait nous le faire croire. Mais de cette frange qui a adopté coûte que coûte l’évolutionnisme comme grille de lecture et d’interprétation de l’histoire de nos origines. Car, même si ses partisans s’en défendent, l’évolutionnisme ne repose pas d’abord sur des faits, mais sur un postulat philosophique. Dans ce sens, il est, comme le créationnisme, lui aussi d’abord une croyance. Aussi, les évolutionnistes ne fonctionnent pas autrement que les croyants. Comme eux, ce sont leurs convictions fondamentales qui les guident et les amènent ensuite, par l’observation, aux conclusions qu’ils en tirent. Nous verrons plus bas cependant que, sur le plan de la pure définition de ce qu’est la science, l’évolution ne peut être reçue que comme une théorie, et jamais comme un fait.

Je suis effaré de lire dans le communiqué de l’agence Reuters que le créationnisme est un danger pour les droits de l’homme. Ma conviction profonde, et l’histoire, m’assure que c’est le contraire qui est vrai. Car, nous le savons, le principe de la sélection naturelle prôné par l’évolutionnisme a fait de terribles petits. Il a engendré une conception purement matérialiste de la vie qui a donné naissance aux deux systèmes les plus meurtriers de l’histoire : le nazisme et le communisme. L’homme n’étant que matière n’a pas de dignité. N’étant qu’un animal au point le plus haut dans la chaîne de l’évolution, sa vie n’a aucun caractère sacré. Il est donc liquidable à souhait, pour autant qu’il gêne la marche en avant de la société vers un monde parfait. Faibles, handicapés, marginaux, sachez-le : pour le bien et le progrès de la société, le principe de sélection naturelle réclame votre élimination. Car c’est le tout qui compte : l’individu, lui, n’est rien !

Jamais autant, par contre, je n’ai eu autant conscience de ma valeur, du sens de responsabilité de mes actes, que depuis que je suis croyant. Je suis, non à l’image de la bête, mais à celle de Dieu. Et non seulement moi, mais aussi mon prochain, quel qu’il soit ! Mon cœur me le dit : ma vie ne s’arrête pas aux quelques années que je vivrai ici-bas. Elle ne m’appartient pas ! Elle fait de moi un débiteur envers Celui qui me l’a donné ! Du coup, les droits de l’homme prennent à mes yeux tout leur sens et leur valeur ! Ce n’est pas la foi biblique en Dieu qui est une menace pour l’humanité, mais la mauvaise foi (celle qui utilise Dieu comme un prétexte), ou la non-foi qui nie jusqu’à la possibilité de son existence ! Enfin ! C'est tout de même étrange que quelqu'un qui, soi-disant, n'existe pas, dérange tant !

Etre croyant est-il un handicap en science ? Parole à un scientifique :

À peu de chose près, tous les fondateurs des sciences modernes étaient "croyants" en Dieu. À priori, on pourrait alors avoir tendance à croire le contraire.

La recherche scientifique incorpore "l'intuition". À titre d’exemple, Ludwing Boltzmann a proposé que la matière était faite de corpuscules invisibles. La Loi des gaz parfaits et son intuition logique lui faisait garder "la foi" dans sa théorie.

Il s'est fait traité de fou par certains scientifiques renommés parce qu'il allait à l'encontre du dogme véhiculé par les scientifiques de l'époque : "ce qui ne peut être observé est mythique". Il s'est battu contre Mach (vitesse supersonique) et d'autres. Il aura fallu attendre la publication des travaux de Einstein au début des années 1900 pour donner une victoire définitive à Boltzmann.

Dogmes et science

Les scientifiques véhiculent des dogmes ; on les appelle respectueusement des paradigmes. Le matérialisme est le dogme central actuel de la science qui stipule que rien d’autre que la matière ne peut expliquer les phénomènes qui nous entourent. Ce qui est vrai la grande majorité du temps. L’erreur monumentale a été de transposer ce dogme dans le cadre des théories des origines : phénomènes du passé lointain inobservable. La matière n’a jamais montré de tendance vers l’auto organisation. La tendance naturelle de la matière est la dégradation vers des états moins complexes (sauf lorsqu’un programme tel l’ADN dicte l’utilisation de l’énergie en vue de la complexification).

Le matérialisme n’a alors aucun sens quand on aborde la question de l’origine de la cellule. Ni l’ADN, ni ses constituants, ni les protéines complexes, ni les membranes plasmiques, ni aucun des centaines de matériaux de base d’une cellule ne se forme spontanément dans la Nature. Pire encore, si on en synthétise et qu’il sont exposés à l’air ou à l’eau, leur désintégration est rapide. Ils ne sont fabriqués et maintenus que dans la cellule.

Le dogme matérialiste qui sert au rejet du créationnisme subsiste donc que par un mince fil : celui des millions et milliards d'années qui sont invoqués comme puissance miraculeuse (inatteignable par observation scientifique) pour annihiler la logique et la physique : la grenouille peut devenir un prince, la bactérie peut devenir un homme, le vide peut engendrer la matière, l'oeuf cosmique peut éclater et former des galaxies, étoiles et planètes dans une harmonie stupéfiante. Absolument n’importe qu’elle élucubration deviendrait possible par l’effet du temps.

Pour ma part, ma logique pure et dure de mathématicien me dit : un ingénieur humain et intelligent peut conceptualiser un ordinateur doter d'information, de programmes et de fonctions.

La cellule la moins complexe sur Terre (Mycoplasma Genitalium) possède déjà plus de complexité qu'un ordinateur moderne (penser par exemple à ses 500 gènes essentiels qui sont comme des programmes informatiques dictant la conception des protéines). À plus forte raison, je proposerai donc comme hypothèse une origine par conception intelligente. Le temps n'amène qu'extinctions et détérioration et nul preuve n'existe pour les millions d'années évoqués à toutes les sauces (http://lifeorigin.over-blog.net/article-5276772.html).

Finalement, les 1ere et 2e loi de thermodynamique imposent que ce créateur intelligent soit hors de la matière, hors de l'Univers.

Citations

« Si un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup de science y ramène : Louis Pasteur. »

« En l’absence d’autres preuves, mon pouce suffit à me prouver l’existence de Dieu : Isaac Newton. »

« La probabilité pour que la vie soit le résultat d’un accident est comparable à la probabilité pour qu’un dictionnaire soit le résultat de l’explosion d’une imprimerie : Edwin Conklin, biologiste, Université de Princeton »

« Je n’ai pas vu Dieu dans l’univers, mais j’ai vu Son évidence : Frank Borman, astronaute d’Apollo 8
Les cieux racontent la gloire de Dieu : le roi David.


Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

7 commentaires:

Dominic B. a dit…

Merci de votre commentaire laissé sur mon blogue (bioblogie.blogspot.com). Puisque nous sommes entre scientifiques, je crois qu'il serait intéressant d'animer une petite discussion virtuelle. Je ne suis pas vraiment croyant (cette ambiguité laisse présumer qu'il y a la possibilité de me convaincre....) et je crois que, tel que nous venons d'une série de réactions chimiques qui a mené à notre évolution)

Si je vous soumets quelques commentaires et questions, accepteriez-vous d'y répondre le plus franchement possible?

Le résultat de cette discussion, je vais la poster sur mon blogue (vous pourrez-faire de même)

Acceptez-vous?

Merci

Anonyme a dit…

Une analyse assez pertinente pour comprendre pourquoi le créationnisme trouve un plus grand écho chez les protestants et musulmans que chez les catholiques ou les juifs
http://www.historia-nostra.com/index.php?option=com_content&task=view&id=610&Itemid=60

Gédéon a dit…

Bonjour, j'ai lu avec intérêt votre article sur le créationnisme. Ce que vous y écrivez m'a fait penser à un auteur que vous connaissez peut-être, Claude Tresmontant, théologien passionné par les sciences et possédant un très solide bagage scientifique. Il explique par exemple que l'athéisme est impensable et irrationnel; que les théories de la création et de l'évolution, loin de s'exclure mutuellement, sont en réalité complémentaires; que l'évolution n'est rien d'autre qu'une création qui a commencé il y a des milliards d'années et qui se poursuit encore aujourd'hui, etc. Son livre "L'histoire de l'Univers et le sens de la création" (Ed. F.-X. de Guibert, 2006) est particulièrement intéressant à ce sujet. Vous trouverez certains de ses textes à l'adresse suivante : http://www.jesusmarie.com/claude_tresmontant.html

A la question que vous m'avez posée sur mon blog (Le chant du coq), la réponse est : oui, bien sûr !

Cordialement

David a dit…

Merci pour votre expose tres clair et succint.

Le coeur du probleme semble etre d'ordre philosophique donc. Comment nous interpretons les meme faits avec des lunettes de teintes differentes joue sur nos interpretations.

Ceci dit, je crois que la Bible a ete maintes fois validee. Et si il y a bien un livre ancre dans l'histoire c'est la Bible. Elle dit que Dieu a cree toutes les premieres especes, graines, et bien sur le premier couple humain. Je ne vois aucunes contradictions entre ce que la Bible dit, et nos connaissances. Au contraire, la vie provient bien de la vie. Pour moi la science pointe clairement vers une Intelligence extraordinairement superieure.

Pour moi c'est clair, les connaissances scientifiques fluctuent et donc on ne peut faire confiance aveuglement aux theories soi-disante scientifiques, qui essayent d'expliquer des faits inobservables.

Est-ce que le fait que nous vivions dans un monde materiel justifie la volonte de tout expliquer par des processus materiels?
Je pense que la science a un champ d'action limite. Seul ce qui est testable, repetable et observable fait parti du cadre scientifique.

Car une fois sorti des ces criteres, toute interpretation est possible.

Le probleme avec l'evolution c'est le manque crucial de preuves experimentales. Comment prouver que des organes complexes ayant des fonctions specifiques sont le fruit de mutations aleatoires et de l'effet de selection naturelle?

Ceci reste a prouver, et cette charge incombe aux evolutionistes.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Il est intéressant de constater à quel point votre « amour sans limite » se transforme en charge obsessionnelle contre l’athéisme et le communisme. En tant qu’athée, je suis effrayé par tant de haine et de diabolisation. La subtilité et la tolérance envers les autres pensées ne semble pas votre fort.

Votre connaissance de l’histoire et de la science semble bien limitée. Vous confondez stalinisme avec socialisme. Allez-vous comparer Mitterrand à Staline ou encore Mao. Les mouvements socialistes et communistes ont, par le biais de la lutte sociale, amené bien des progrès sociaux. Mitterrand a par exemple supprimé la peine de mort, est-ce donc ça la dégénérescence de nos sociétés. Je ne prétends pas que ces mouvement soient parfaits, mais ne les diabolisez pas par de malhonnêtes raccourcis. De plus la plupart des mouvements communistes occidentaux ont vite dénoncé le stalinisme. Je suis désolé mais la réalité est bien plus complexe que l’opposition d’un bien et d’un mal. Il y a toujours des nuances.

J’ajoute que le nazisme n’a rien d’un humanisme, il détestait les principes humanistes. Le nazisme est un paganisme, un retour aux sources pré-humaniste. La haine de la démocratie n’en est qu’un élément parmi tant d’autres. Pour le darwinisme social, Spencer était bien plus influencé par Malthus que par Darwin. Il a bien mal compris ce qu’est l’évolution, qui n’est pas la survie du plus fort.

En ce qui concerne le créationnisme, vous éludez un problème de taille. Ce n’est pas de la science. Celle-ci est basée sur l’expérience et l’on ne peut faire l’expérience de dieu (au sens scientifique du terme). Introduire du surnaturel dans une démarche scientifique l’invalide. La théorie de l’évolution est basée sur l’observation et il est nombre d‘éléments qui vont dans son sens. La mutation des maladies est par exemple un élément de preuve. L’étude des gènes va dans le sens de l’évolution. Cette théorie est imparfaite, mais continue à s’affiner. La science admet qu’elle ignore certaine chose et cherche à savoir tout en gardant une méthode rigoureuse. L’élément dieu n’est que pure subjectivité. Les scientifiques créationnistes sont peut être diplômés mais leur méthode n’est pas scientifique. Un homme de science peut bien sur être croyant, mais quand il fait part de sa foi, il ne parle pas en tant que scientifique.

Votre haine du matérialisme semble si grande ! Oserez-vous affirmer que les conditions de vie étaient bien meilleures avant le siècle des lumières, que la barbarie est seule présente dans le monde moderne ? Trouvez-vous moins barbare de lapider un femme comme en Orient(dans certains pays si religieux !), que d’avoir une sexualité libre ? De plus, considérer l’occident comme athée est ridicule, il est certain que c’est le seul endroit ou nous ne sommes pas menacés, est-ce donc cela qui vous gène ? Oui, l’homme est un animal, cela n’implique en rien un comportement ignoble. Nous devons construire notre vivre ensemble pour protéger les plus faible. Si seule la présence d’un dieu vous empêche de tuer, je vous plains.

La complexité du monde semble être à vos yeux la preuve de l’existence de dieu. Et vous semblez croire que le matérialisme et la science ne tiennent pas compte de cette complexité. Pourtant rien ne prouve qu’un monde complexe ne puisse exister sans dieu, sinon vos propres limites intellectuelles.

Sachez, monsieur, qu’a la lecture de votre blog, on a davantage la sensation de se trouver face à un intégriste fou de dieu, qu’à un homme ayant choisi l’amour pour conduire sa vie. C’est sans nul doute à vous qu’il convient de rappeler que l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Ichtus02 a dit…

Bonjour Anonyme,


J'aurais bien aimé avoir une personne précise en face de moi. Mais, si c'est votre volonté, je me contenterai de l'anonymat.

Quelques remarques sur votre commentaire :

- vous parlez de diabolisation. Pour un athée, c'est un peu incohérent. Si Dieu n'existe pas, le diable non plus. Il vous faut donc choisir un autre mot. Je ne vais pas pinailler là-dessus. C'est juste une remarque pour souligner combien dans l'inconscient de beaucoup d'athées, les concepts religieux sont toujours bien vivaces... Il faudrait se poser la question du pourquoi. Mais je sais déjà la réponse que vous allez me fournir : endoctrinement séculaire, etc... Pas si sûr !

Tant de haine... Jusququ'à preuve du contraire les deux idéologies qui ont tué le plus d'hommes (dont mon grand-père) au XXème siècle sont le nazisme et le communisme ou, si vous voulez, le matérialisme athée. Il faudrait avoir de la sympathie pour elles ? Pourquoi ? Pouvez-vous me donner une seule raison d'aimer ces deux idéologies ?

L'argument de confusion entre le stalinisme et le socialisme : c'est ce qu'on nous rabâche sans arrêt. Sans doute staline était plus un gredin qu'un idéologue. Mais le communisme a quand même été appliqué de façon pratique, pendant des décennies, avec les souffrances qu'on connaît pour l'individu et les croyants. N'avez-vous jamais lu Soljenytsine ? Je pense qu'il est facile en Occident d'être encore utopique sur le sujet. Pour ceux qui sont passés dans la moulinette du matérialisme athée, c'est une autre affaire.

Pour le reste, je vois que vous n'avez pas du tout pris en compte le discours des créationnistes. Evidemment, on ne va pas vous montrer Dieu sous un microscope. mMis l'évidence d'un ordre, d'une intelligence saute aux yeux. Il ne s'agit pas d'expérience, mais de conclusions tirées de l'observation.

je vous ferai remarquer que les certitudes de la science ne peuvent venir que d'expériences reproductibles. or, ni vous ni moi, ni personne n'était là quand le monde a été créé. Et personne ne peut reproduire ce qui s'est passé en cet instant. Il est donc possible d'avoir des vues différentes sur les origines.

Arrêtez de prendre les créationnistes, bardés de diplômes et de doctorats tout autant que les évolutionnistes, pour des niais et des simplets. Il y a aussi parmi eux des sommités, si vous vous renseignez un peu !

Pour ma part, avoir une vie qui ne relève que de combinaisons chimiques et du hasard ne répond pas à ma soif de sens.

Vous dites que je suis un fou de Dieu. La Bible vous retourne le compliment : elle dit que c'est l'insensé qui dit que Dieu n'existe pas !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Pour briser le sceau de l’anonymat, je me présente. Mon prénom est Julien, j’ai 28 ans et suis bibliothécaire. Pour la petite histoire, je suppose que vous êtes au courant qu’on ne peut jamais être sûr de l’identité de quelqu'un sur le net. Que je soie « anonyme » ou Julien ne devrait revenir au même. Soit…

J’utilise le mot « diabolisation » comme métaphore. Ce terme apparaît certes dans la bible, mais il appartient également au langage courant. Je ne vois pas en quoi reconnaître que le christianisme a eu une influence sur le vocabulaire remet en question mon athéisme. Mais peut-être que pour vous quelqu’un qui utilise l’expression « il se croit sorti de la cuisse de Jupiter » est adepte du culte des dieux romains.

Je suis tout-à-fait conscient du vocabulaire que j’utilise et suis capable de décrypter le vôtre.

C’est vous que j’accuse de diaboliser et comme vous êtes chrétien, ce que vous dénoncer comme « mal » peut donc tout-à-fait se comprendre comme « tenant du diable ».

En attendant je me permets de parler français car c’est la langue dans laquelle je m’exprime le mieux !

Je n’ai, pour ma part, aucune sympathie pour le nazisme. Toute forme de fascisme est pour moi à combattre et à condamner sans réserve. Toutefois, je continue à prétendre que le nazisme est anti humaniste, il en est l’ennemi. Renseignez-vous, et vous le verrez. Comment un paganisme affichant un tel mépris pour la vie humaine pourrait-il être un humanisme ?
Comment l’idée d’une patrie supérieure à l’homme pourrait-elle coller avec l’idée que l’homme est la mesure de toute chose ?
Je ne vais sûrement pas vous donner une seule raison d’aimer le nazisme car je ne pourrais en trouver aucune. Nous sommes au moins d’accord sur l’ignominie de ce mouvement mais laisser-moi apporter des précisions historiques.

Le communisme est différent du matérialisme athée, sauf si l’on considère que Démocrite était communiste 2000 ans avant la naissance de Karl Marx. Je fais la distinction entre le stalinisme (et autres totalitarisme) et le socialisme démocratique. Par ailleurs, il y a une dimension chrétienne dans les principes du communisme. Lisez George Steiner , vous comprendrez. Je ne pense pourtant pas que l’on puisse accuser le christianisme des crimes staliniens !

Je pense pour ma part que l’humanisme, certes perfectible, est justement ce que Staline a amputé au communisme. Ne serait-ce que par la supériorité du parti sur l’homme.

Le fait qu’un argument soit rabâché sans cesse ne l’invalide pas pour autant, ce qui est heureux pour l’idée d’un dieu. Je ne suis pas un nostalgique de l’époque soviétique, ne suis pas communiste mais suis capable de trouver certaines idées de Marx intéressante. J’ai lu Soljenytsine et n’en suis que résolument anti-totalitariste. Mais avoir une économie et des valeurs de gauche est loin d’être incompatible avec la liberté et la démocratie.

Non, je n’ai pas pris en compte le discours des créationnistes car il ne s’agit pas de science. Quand la science se retrouve face à une question, elle n’y répond pas par une évidence mais attend de trouver une réponse qui correspond à ses critères d’objectivité. J’admets tout-à-fait que la théorie de l’évolution n’est qu’une théorie. Mais différentes expériences ont validé certains aspects de cette théorie. Ce qui me pose problème avec les créationnistes, c’est qu’ils font intervenir dieu , c’est-à-dire l’acte de foi, et c’est là le contraire de la démarche scientifique.

Qu’il y ait des sommités ou des personnes bardées de diplômes parmi les créationnistes, ne change rien au fait que leur méthode soit non scientifique.

Cette évidence qui vous saute aux yeux ne concerne que vous, il s’agit encore une fois de votre subjectivité, de votre appréciation personnelle des choses, n’en faîtes une vérité.

Le fait que quelque chose ne réponde pas à votre « soif de sens », ne l’invalide en rien. Sachez monsieur que le monde est ce qu’il est, et non ce qu’on veut qu’il soit.

Je suis désolé mais l’expression « fou de dieu » est utilisée pour désigner les intégristes et non pour désigner une quelconque pathologie mentale. Je ne m’attends pas à passer pour autre chose qu’un insensé pour un livre qui se considère comme la parole d’un dieu. Pour ma part, étant athée les citations bibliques me fustigeant me laissent plutôt de marbre.