INSCRIVEZ-VOUS !

samedi 25 octobre 2008

Le chrétien et les autorités

La 42ème semaine de l’année a été décrétée par la Fédération Evangélique de France, semaine de prière pour les autorités du pays. On le sait : entre religion et pouvoir, les rapports n’ont pas toujours été harmonieux. Quels enseignements la Bible donne-t-elle sur le sujet des autorités humaines ? De qui tiennent-elles leur mandat ? Pour quel but ? Quelle attitude le chrétien doit-il avoir envers elles ? C’est à ces questions que cet article sommaire tente de répondre.

Texte biblique

Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux–mêmes. Ce n’est pas pour une bonne action, c’est pour une mauvaise, que les magistrats sont à redouter. Veux–tu ne pas craindre l’autorité ? Fais–le bien, et tu auras son approbation. Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal. Il est donc nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience. C’est aussi pour cela que vous payez les impôts. Car les magistrats sont des ministres de Dieu entièrement appliqués à cette fonction. Rendez à tous ce qui leur est dû : l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l’honneur à qui vous devez l’honneur.

Genèse de l’institution judiciaire

L’affirmation de Paul selon laquelle les autorités établies dans ce monde ont été instituées par Dieu pour son bien ne vient pas du hasard. L’institution de ces autorités est en effet une conséquence directe d’une décision de Dieu prise à un moment décisif de l’histoire : le moment du nouveau départ que Dieu donne au monde après le jugement de la 1ère humanité au temps de Noé.

Alors que, semble-t-il, le monde d’avant le déluge fonctionnait sans réel système judiciaire, Dieu, pour la préservation de l’humanité, donne à Noé les bases sur lesquelles, désormais, doit fonctionner le nouvel ordre mondial : Genèse 9,5 et 6 :

" Sachez–le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal ; et je redemanderai l’âme de l’homme à l’homme, à l’homme qui est son frère. Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé ; car Dieu a fait l’homme à son image. "

Au travers de cet ordre qu’Il donne, Dieu fait ici deux choses :

- il légitime le rôle des juges et des bourreaux, sensés faire appliquer jusqu’à la mort si nécessaire, les sanctions prises par la justice : par l’être humain son sang sera répandu.
- il précise également dans cet ordre la raison éthique fondamentale pour laquelle l’institution d’un tel système est nécessaire : la valeur intrinsèque de l’être humain, création différente et supérieure à toutes les autres, à cause de son statut d’image de Dieu.

Une des raisons premières de l’existence d’un ministère de la justice dans le monde est simple. Ce ministère est là pour rappeler à tous la valeur de l’être humain. Il est là pour affirmer le prix qu’a, aux yeux du Créateur, sa dignité.

On peut, dans ce sens, dégager de ce principe une constatation quasiment toujours juste. Cette constatation est que les lois qui, en rapport avec l’administration de la justice, sont votées dans une nation sont le reflet quasi exact de la valeur que se fait cette nation de l’être humain ( d’où les grands débats qui ont eu lieu dans nos sociétés autour des questions de l’avortement et de l’euthanasie…). Plus une société s’éloigne de l’idée que l’homme est à l'image de Dieu, plus inévitablement elle s’enfonce dans la barbarie.

Mission des autorités judiciaires

Après l’origine du mandat duquel découle l’institution des autorités établies dans ce monde, le 2ème point sur lequel développe son argumentation est celui du rôle et de l’utilité de ces institutions. Paul voit dans l’établissement des autorités civiles deux bienfaits importants pour la société :

-Les autorités établies sont là pour encourager le bien et sanctionner le mal. Dans leur rôle initial, les autorités, affirment Paul, sont, non amies du mal, mais du bien. Aussi, tous ceux qui font le bien n’ont rien à craindre d’elles. Car le but de l’autorité est de travailler de manière à ce que, malgré le péché, la vie de la société se déroule au mieux et que les débordements du mal soient au plus vite réprimés.

- Les autorités établies sont là pour veiller à ce que la justice soit effectivement appliquée. Si le jugement final par Dieu de l’humanité est encore à venir, nous avons, pour le quotidien, au travers des autorités, le rappel permanent qu’aucun de nos actes mauvais ne peut et ne doit rester impuni. L’épée du magistrat est ici bas le moyen par lequel Dieu condamne immédiatement le mal pour que celui-ci, comme ce fut le cas au temps de l’époque précédant Noé, ne prolifère pas.

Notons encore ici le fait que, dans sa conception de l’autorité, Paul n’envisage jamais que l’exercice de l’autorité civile soit le bras armé d’un quelconque pouvoir religieux. Au contraire ! L’autorité civile doit être libre de toute autre influence, de manière à ce qu’elle puisse réprimer tout ce qui constitue une menace au bien et à l’ordre établi, quelle qu’en soit la source. Si besoin, l’autorité civile doit aller même jusqu’à la défense des minorités contre la majorité.

Etre chrétien et citoyen

Les autorités établies étant au service de Dieu et du bien, comment pouvons être des chrétiens citoyens ? 4 idées provenant de l’Ecriture :

- Nous devons régulièrement prier pour les autorités et ceux qui nous dirigent pour que Dieu leur donne de nous laisser vivre paisiblement notre foi. " J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité : 1 Timothée 2,1 à 4. "

- Nous devons être pour les autorités des modèle de citoyenneté et de respect envers elles. Cela inclut, comme Jésus l’a fait, de payer ses impôts, de ne pas être donc menteur ou tricheur envers l’Etat, de rendre à chacun ce qui lui est dû

- Nous devons, lorsque l’occasion nous en est donnée, ne pas hésiter à rappeler aux représentants de l’ordre la nécessité pour eux-mêmes de se conformer à la justice. Paul rappelle au centenier qui est prêt de le frapper : : Vous est-il permis de fouetter un citoyen romain : Actes 22,25.

" L’Eglise doit se souvenir, a dit Martin Luther King, qu’elle ne domine ni ne sert l’Etat, mais qu’elle en est la conscience. Elle doit être guide et critique, jamais instrument de l’Etat . "

- Nous devons également, lorsque l’occasion nous en est donné, ne pas hésiter à rendre témoignage de notre foi aux autorités. Cette mission d’être témoin auprès des autorités faisait partie intégrante de l "appel reçu par Paul. Il le fit à maintes reprises, avec parfois des résultats encourageants

Les autorités établies ne sont pas toutes puissantes. Elles aussi, in fine, auront un jour à rendre compte de leur service et de la façon avec laquelle elles ont rempli le mandat que Dieu leur a confié pour ce monde !





Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

Aucun commentaire: