INSCRIVEZ-VOUS !

samedi 14 août 2010

Le magnétisme de Jésus



Magnétisme

Connaissez-vous le principe du magnétisme ? Le magnétisme est une question de force due à la structure moléculaire particulière de la magnétite. La zone de force (champ magnétique) entourant une pièce magnétite ou un aimant droit peut être représentée par les lignes de force illustrées dans le dessin ci-dessous. Bien que ces lignes ne soient pas plus réelles que les lignes de latitude et de longitude que l’on retrouve sur une carte géographique ou sur un globe terrestre.



Les lignes de champ sont tridimensionnelles autour d'une barre magnétique sur tous les côtés.

Quel est le principe du magnétisme?

La formule qui le définit est on ne peut plus simple :


LES PÔLES IDENTIQUES SE REPOUSSENT et LES PÔLES OPPOSÉS S'ATTIRENT



Lorsque les pôles opposés d'un aimant sont rapprochés, les lignes de champ s'épousent et les aimants s'attirent ensemble.




Lorsque les mêmes pôles d'un aimant sont rapprochés, les lignes de champ s'éloignent les unes des autres et les aimants se repoussent mutuellement.

(Dessins tirés de : http://www.sciencetech.technomuses.ca/francais/schoolzone/basesuraimant.cfm)

Jésus et le magnétisme

Alors qu’il était sur terre, Jésus, au grand scandale des hommes religieux de son temps, exerçait un fort pouvoir d’attraction sur les personnes dites de mauvaise vie. Tel un essaim d’abeilles autour de leur reine, il suffisait que Jésus entre dans une ville pour qu’autour de lui s’agglutinent des parias de toutes sortes : voleurs, prostituées, mendiants, infirmes… Jésus, non seulement les côtoyait, mais il prenait, semble-t-il, un réel plaisir à parler et manger avec eux. Le magnétisme de Jésus opérait de la même manière que le magnétisme physique : il attirait fortement à lui ceux qui lui étaient le plus opposés, mais il repoussait ceux qui, en apparence, lui ressemblait. D’où venait le pouvoir d’attraction de Jésus sur ses contraires? Quel était le secret de son pouvoir d’attraction. Les dessins ci-dessus l’illustrent à merveille !

Identification totale

La 1ère chose qui fait que deux aimants s’attirent est d’abord le fait… qu’ils sont des aimants. Ils sont, pourrait-on dire, de la même pâte. Bien que Fils éternel de Dieu, c’est l’humanité de Jésus qui attirait les hommes vers lui. Rien dans l’apparence de Jésus ne le distinguait d’autrui. Il était un aimant parmi les aimants. La plus grande preuve de l’identification totale de Jésus avec le commun des mortels est apportée par ses plus proches. Bien que l’ayant côtoyé près de 30 ans, la plupart restèrent stupéfaits et incrédules en le voyant soudainement manifester les signes de sa divinité. Jésus, pour eux, était le fils du charpentier de Nazareth, ni plus ni moins.

L’humanité de Jésus, qui le rendit attirant auprès des plus bas-tombés, ne se voyait pas seulement dans son apparence. Elle était présente dans tout son être. Jésus était un homme dans le plein sens du terme, le plus humain, pourrait-on dire, des humains. Capable de colère face à l’hypocrisie et l’injustice, Jésus savait pleurer, prendre des enfants dans ses bras, toucher le lépreux, se laisser toucher par la prostituée. Il savait ce que signifie avoir faim, froid, être fatigué, travailler de ses mains pour gagner sa vie. Soucieux d’être un parmi les autres, Jésus ne se distinguait par aucun extrême. Il s’habillait comme tout le monde, ne revendiquait aucun honneur pour lui-même. Jésus était socialement un être intégré. L’humanité de Jésus le rendit si accessible que, contrairement à ceux qui se prenaient pour une élite, les plus pauvres, les plus simples, les plus miséreux se sentaient irrésistiblement attirés par lui.

Séparation radicale

La ressemblance de Jésus avec le commun des mortels de son temps n’explique pas à elle seule le magnétisme qu’il exerçait sur ses contraires. A l’identification totale de Jésus avec les hommes de son temps s’ajoutait une séparation intérieure de nature radicale. En regardant deux aimants s’attirer ou se repousser, aucun de nous, sans le regard sur l’invisible, ne peut expliquer le phénomène. Ce n’est pas tant l’être visible (l’homme extérieur) de Jésus qui attirait les gens de mauvaise vie à lui que l’être caché (les lignes de force, pourrait-on dire, qui habitaient son être). L’immunité de Jésus à l’égard de la vulgarité et de la grossièreté faisait de lui un être libre, décontracté, égal à lui-même dans tous les milieux. Jésus nous enseigne par son attitude que c’est à l’intérieur que se vit la liberté. C’est à l’intérieur que se décide de ce qui aura l’ascendant sur soi. Habité par l’Esprit de Dieu, Jésus était, contrairement aux hommes religieux de son temps, libre de toute crainte à l’égard de la contamination de la souillure.

Tel est le secret de la belle vie de Jésus : une identification totale avec ce qui fait notre humanité dans son sens le plus abouti alliée à une séparation radicale de ce qui est la cause intérieure de son avilissement et de sa dégradation : le péché. Jésus nous enseigne que, si, à l'extérieur, nous devons être proches des hommes, leur ami, à l'intérieur nous devons en tous points leur être différents, des saints. C’est dans la proximité avec lui que se résout pour nous la tension de vivre à la fois, par notre humanité, dans le monde, et, par notre spiritualité, hors de son système. Un véritable défi !


NOUVEAU : tous les billets du blog sont dotés d'un bouton Facebook qui vous permettent de les partager à vos amis ! N'hésitez pas à l'utiliser pour propager leur contenu ! Merci d'avance !


Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

1 commentaire:

daniel a dit…

Exellente lecture enrichissante sur notre bienfaiteur