INSCRIVEZ-VOUS !

samedi 12 juin 2010

Il n'a pas raté le but !

Parcours

Marco Ceara est né en 1980 au Brésil. Dernier d’une famille de 8 enfants, il a grandi dans la ferme de ses parents. Dans une interview récente, il évoque son enfance : « J’ai commencé à aider mes parents à la ferme quand j’avais six ans. On plantait du riz pour manger parce qu’on n’avait pas de travail pour gagner de l’argent. Alors que j’atteignais 11 ans, 4 ou 5 frères étaient déjà partis pour Sao Paulo à la recherche d’une vie meilleure. Mes parents ont aussi quitté la ferme pour vivre à Sao Paulo. A mon arrivée dans la ville, j’ai pu gagner de l’argent en vendant de la glace aux passants. J’ai ensuite travaillé au supermarché à 12 ans. »

Par la suite son frère l’inscrira dans une petite école de foot pour le sortir des mauvaises influences du quartier. « On habitait dans une favela, un endroit difficile. Il y avait des gens qui volaient ou qui consommaient de la drogue. » Dans cette école, il étudiait le matin et jouait au foot l’après-midi. A 13 ans, il postula au centre de formation de l’équipe de Santos. Il fut accepté et y resta jusqu’à 20 ans.

A 18 ans, Marco fit une rencontre imprévue qui allait changer le cours de sa vie. Le propriétaire du restaurant où il mangeait était chrétien. Il l’invita chez lui pour participer à une rencontre autour de la Bible. Le jeune Marco n’avait pas particulièrement soif de Dieu. il y est allé parce qu’il n’avait rien d’autre à faire. La rencontre fut suivie d’une autre, puis d’une autre. Marco comprit, petit à petit, qui était Jésus. Un jour, il se tourna vers Lui, convaincu que Lui seul pouvait le sauver et lui donner la vie éternelle. Devenu footballeur professionnel, il est aujourd’hui arrière dans l’équipe du PSG.

Marco, en tant que footballeur, le fait d’être chrétien t’a-t-il parfois posé des problèmes ?

Ça n’a pas toujours été simple. En 1999, je jouais dans le club brésilien de Santos et je parlais souvent de Jésus aux autres joueurs ; le président du club m’a intimé l’ordre d’arrêter de le faire ou de quitter le club. J’ai fait le choix de continuer malgré tout et finalement, il m’a fait partir du club. Il n’est pas toujours facile d’être libre de ses paroles dans le milieu du foot. On préfère parler d’argent plutôt que de spiritualité. En plus, les sollicitations pour sortir la nuit et faire des choses pas correctes aux yeux de Dieu sont nombreuses. C’est un vrai défi de rester fidèle à la Parole de Dieu mais je veux l’être. Aujourd’hui au PSG, la première difficulté que j’ai rencontrée, c’était quand je signais des autographes. En fait, j’ajoutais « Jésus vous aime » en dessous de ma signature et on m’a demandé de ne plus le faire car je devais respecter les personnes dans leur croyance. Maintenant, tous les joueurs du PSG savent que je suis croyant. Ils me respectent beaucoup en tant que chrétien.

Comment la foi influence ta vie de footballeur ?

La foi est prioritaire pour moi. Je remets tout entre les mains de Dieu. Il me donne la force nécessaire, par exemple, au milieu des difficultés qui peuvent intervenir dans ma profession. J’ai expérimenté que Dieu faisait la différence dans ma vie. Vous savez, il y a beaucoup de concurrence dans le foot et « avoir Dieu » avec moi est le plus qui fait la différence. La Bible dit dans le livre de Jérémie : « Maudit soit l'homme qui se confie dans l'homme… Béni soit l'homme qui se confie dans l'Éternel, et dont l'Éternel est l'espérance ! ». C’est mon expérience personnelle dans ma carrière de footballeur.

La violence vient trop souvent gangrener le football dans les tribunes mais aussi sur le stade. Comment vis-tu cela ?

Je considère que je dois donner le meilleur dans mon travail et il n’est pas nécessaire d’être malhonnête pour y arriver. Je suis défenseur, et à ce poste, tu as pour objectif de marquer l’attaquant et de le presser. J’essaye de vivre concrètement ce que je viens de dire en axant mon jeu sur la technique et non sur la force ou les fautes. Il faut que je sois honnête dans le jeu. Il est important d’être le même sur le terrain que dans la vie normale. Pendant le match, Dieu doit continuer à être honoré par mes actes et mes paroles. En ce qui concerne la violence des supporters, il est certain que ce n’est jamais une bonne chose et ça fait finalement beaucoup de mal au football qui doit rester un sport populaire.

Interviews tirés du magazine Victoire et du site Horizons évangéliques


Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

Aucun commentaire: