INSCRIVEZ-VOUS !

vendredi 19 janvier 2007

ECCE HOMO 3


Jésus adulte

De 20 à 30 ans, qu’a fait Jésus ? Les Evangiles n’en parlent pas. Rappelons qu’ils ne sont pas une biographie. Ils répondent à un objectif précis : témoigner des paroles et des actes de Jésus durant les 3 années de sa vie publique. Est-ce à dire que rien d’important ne se soit produit pendant 10 ans ? Comme tout homme, Jésus fait des choix concernant son avenir. Plusieurs chemins sont possibles. En accord avec le but fixé pour sa vie, il opte pour certains et en élimine d’autres.

Le choix du célibat

Un sentiment d’urgence domine le parcours de Jésus. Il le sait, sa vie sera courte. Il n’a rien à « réussir » ici-bas. Ses objectifs diffèrent totalement de ceux des autres hommes. Moins il s’embarrasse de choses, plus il est libre ! C’est pourquoi Jésus ne construit rien en vue d’une carrière humaine : ni foyer, ni famille, ni école, ni royaume… Il est étranger et voyageur, venu pour quelques années seulement planter sa tente parmi nous. En particulier, le mariage, contrairement à ce qu’affirme Dan Brown, auteur du Da Vinci code, n’est pas pour lui. Pour autant, le célibat n’est pas à ses yeux une condition supérieure. C’est, dit-il, le choix volontaire que font certains pour servir Dieu. Il ne peut être ni forcé ni imposé. Seule une passion pour un but permet de vivre joyeusement le renoncement.

Jésus est entier. En raison du but qu’il s’est fixé, toute sa vie sera marquée par des impératifs. Il est l’homme d’une seule chose. Sa mort pour le salut des hommes est son unique perspective. Comment pourrait-il diviser sa vie en intérêts différents ? « Celui qui est marié, dit l’apôtre Paul, s’occupe des affaires de ce monde pour plaire à sa femme ; et le voilà tiraillé de part et d’autre. » Tendu vers l’éternité, le cœur de Jésus ne peut battre pour un bonheur passager. Il renonce aux joies humaines légitimes pour être le serviteur exclusif de Dieu. Par son sacrifice, il s’attachera le cœur de millions d’êtres dans l’histoire. Son « Epouse » ne sera pas physique, mais spirituelle ! Une communauté d’hommes et de femmes de tout peuple qui ne font qu’un avec lui. Ils l’aiment parce qu’il les a aimés le premier ! Jésus n’est pas passé sur terre pour rien ! De retour au ciel, il dira : « Me voici avec les enfants que Dieu m’a donnés. »

Le travail manuel

Une seconde option marque la vie de Jésus jusqu’à 30 ans : la formation de charpentier qu’il suit auprès de Joseph, son père adoptif. S’attendrait-on à trouver dans l’atelier d’un modeste artisan celui qui doit jeter les bases d’une doctrine appelée à traverser les siècles ? Ce fait ne manquera pas d’étonner les enseignants de l’époque : « Comment peut-il connaître à ce point les Ecritures (l’Ancien Testament), sans avoir jamais étudié ? » Jésus n’a pas besoin de maître. « Rien de ce que j’enseigne ne vient de moi, répond-il. J’ai tout reçu de Celui qui m’a envoyé. »

« Il serait difficile d’ôter sa signification profonde à ce fait que Dieu a choisi pour son fils, lorsqu’il demeurait au milieu des hommes, parmi toutes les positions sociales qu’il aurait pu lui donner, l’état d’un artisan manuel », écrit James Stalker[1]. Savoir Jésus issu de la classe ouvrière toucha le menuisier J. Paterson Smyth qui rend ce témoignage ému :

Je ne sais pas exactement où se trouve sa cabane
Mais souvent quand je rabotais mon bois
J’ai enlevé mon chapeau en pensant à lui,
Qui accomplissait le même travail que moi.[2]

Cette formation d’apprenti suivie par Jésus nous enseigne bien des leçons que notre siècle ferait bien de retenir !

Jésus trentenaire

Le temps venu, Jésus tourne la page de l’anonymat. Librement, il parle et exprime ce que son cœur a retenu jusque là. Terminant son Evangile, Jean dit : « Jésus a accompli encore bien d’autres choses. Si on voulait les raconter une à une, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir tous les livres qu’il faudrait écrire. » Même si beaucoup en notre siècle voudrait de nouveau enterrer Jésus, il est certain que l’on n’a pas fini d’entendre encore parler de lui !



[1] James Stalker La vie de Jésus-Christ Editions CLC
[2] Cité par John Stott Le Christ incomparable Editions CLC


Que sert-il à un homme de gagner le monde entier s'il perd son âme : Jésus

Aucun commentaire: